Julien Bée : "Ce club n'est pas une marque, mais bien un club populaire"

Julien Bée : "Ce club n'est pas une marque, mais bien un club populaire"

Le - Médias - Par

Samedi après-midi, sur la place Pey-Berland de Bordeaux, le journaliste de Gold FM et supporter des Girondins, Julien Bée, avait plutôt mis la seconde casquette que la première, venant davantage pour protester, avec les Ultramarines, contre l'état actuel du FCGB et contre son nouveau logo.

Son explication, lui qui ne reconnait plus (lui non plus) les Girondins et a donc rejoint le mouvement "Nous Les Girondins" assez naturellement :

"J'étais là, et je tenais déjà à le dire, en tant que supporter avant tout, et là vous me voyez avec un maillot. Je suis journaliste, mais j'avais envie de vivre ce moment en tant que supporter, même si ma nature de supporter m'a rattrapé un petit peu et que donc j'ai fait un live sur Facebook, pour des supporters ne pouvant pas être ici. Sur la place Pey-Berland, ça s'est très bien passé, c'était très sympa. Je soutiens le mouvement des Ultras, je trouve ça bien, parce que je suis auteur de livres sur l'histoire des Girondins, que je suis depuis de très longues années, et là, effectivement, on est en train de bafouer cette institution qu'est Girondins. Alors on a voulu montrer, aujourd’hui (samedi ; NDLR), que ce club n'est pas une marque, mais bien un club populaire, qui le restera. On l'a vu avec les quasiment 3 000 personnes présentes.

J'assume totalement (sa double casquette ; NDLR), car j'ai été supporter, abonné au Virage Sud, où j'ai rencontré ma femme ; une histoire que je raconte souvent. Donc ce club, ce Virage, pour moi, c'est hyper important. Après, quand je suis passé journaliste, j'ai eu la chance de passer journaliste mais pour suivre les Girondins. Alors, en n'allant pas commenter un autre club mais les Girondins, je suis resté dans cette culture. Pour moi, commenter les matches des Girondins est totalement lié avec le fait d'être passionné et fou amoureux de ce club."

Retranscriptions de la chaîne Youtube 'La Cabine à Speak' faites par nos soins

Julien Bée : "Ce club n'est pas une marque, mais bien un club populaire"

Contenu sponsorisé

En continu