Jean-Luc Dogon : "La Gambardella donne un peu de piment, sans elle on termine presque en roue libre"

Jean-Luc Dogon : "La Gambardella donne un peu de piment, sans elle on termine presque en roue libre"

Le - Gambardella - Par

Venant de passer trois tours de Coupe Gambardella, dont le dernier sur le terrain du Racing 92 (0-5), et restant donc encore en lice pour les 1/8èmes de finale, les U19 des Girondins de Bordeaux ont vu leur entraîneur, Jean-Luc Dogon, s'exprimer sur cette compétition, pour GOLD FM. Dans des propos retranscrits par Formation Girondins, le coach explique notamment que cette épreuve est devenue le bol d'air d'une saison moyenne (au classement, Bordeaux est 7ème sur 14 dans sa poule) :


"A Colombes, les conditions et le terrain étaient compliquées, mais on a réussi à marquer deux buts très rapidement en première mi-temps, le scénario idéal. Après, c'était quand même un peu plus facile. On a géré le match, tout en essayant de jouer quand même. (...) Ce n'est jamais évident pour moi, il n'y a pas de match facile. Les matchs sont faciles, parce qu'on fait le travail. Ça a paru facile comme ça, mais il faut quand même les jouer, être sérieux, impliqués, motivés, ne pas laisser le moindre ballon à l'adversaire. On a été relativement sérieux sur tout ça.


(...) Le tirage au sort est jeudi, on verra contre qui on tombe. On aura peut-être aussi la chance de recevoir. On attend jeudi avec impatience, pour voir si on est capables d'aller plus loin. Et si le groupe réagit bien, aussi. (...) En championnat, on est un peu plus sereins maintenant qu'on a réussi à se sortir d'une zone difficile, mais c'est clair que la Gambardella donne un peu de piment. Sans elle, ce sont deux matchs par mois, donc le temps est long. L'année dernière, on avait vite été sortis, mais on avait le championnat - qu'on a gagné - pour nous maintenir en vie. Là, s'il n'y a plus la Gambardella, on va presque finir en roue libre. La Coupe, c'est positif pour ça, car c’est un autre état d’esprit, une autre compétition, avec l'enjeu de l'élimination directe ; et tant qu’on pourra continuer on ne se priver pas !"


Jean-Luc Dogon : "La Gambardella donne un peu de piment, sans elle on termine presque en roue libre"

Contenu sponsorisé

En continu