Jean-Louis Gasset : "Au bout de 30 minutes, j'aurais pu en enlever 4 ou 5"

Jean-Louis Gasset : "Au bout de 30 minutes, j'aurais pu en enlever 4 ou 5"

Le - Réactions - Par

En conférence de presse d'après-match face à Nîmes, Jean-Louis Gasset est revenu sur ces changements marquants réalisés en fin de première mi-temps avec les sorties d'Otavio et de Nicolas De Préville pour Yacine Adli et Rémi Oudin :

"Quand vous sentez votre équipe pas dans le timing, manque de confiance, de technique, il vous faut changer quelque chose. Souvent on nous reproche de trop tarder. Je pense que c'est le carton jaune d'Otavio qui m'a fait changer de suiteIl n'était pas dans un bon jour ça se sentait. On n'avait pas de fluidité dans le jeu donc Nîmes arrivait à nous harceler, et nous obliger à dégager. Donc quand on a les joueurs que l'on a devant, il ne faut pas que le ballon soit en l'air, il faut qu'il soit à terre. Et si on n'arrivait pas à le sortir il fallait changer quelque chose."

"Nicolas De Préville, oui je l'ai trouvé timide, pas en confianceAu bout de 30 minutes, j'aurais pu en enlever 4 ou 5. Là il fallait rentrer deux bons pieds donc que ce soit Adli, qui nous a amené la sérénité au milieu, la technique, le rythme. Et Remi (Oudin ndlr) pareil. En plus, il a apporté l'efficacité en deuxième mi-temps. Ce sont des joueurs que j'aime voir et qu'ils sont en pleine confiance."

Réalisés grâce à la nouvelle règle des 5 changements possibles, ces permutations ont été décrites par le coach bordelais :

"J'ai dû faire ce genre de coachings dans ma carrière oui. Un entraîneur qui perd a tord. Quand les joueurs sont proches les uns des autres, c'est l'emboîtage de l'animation offensive qui est importante. Donc on cherche. Chaque match a sa vérité. La forme du moment, la confiance, le joueur en confiance, c'est très important. Il faut savoir individuellement comment ça se passe et collectivement comme on va faire. C'est pour ça qu'on ne dort pas bien quand on perd. [...] Même à trois changements, il fallait être décisif. Le résultat amenait le bon ou mauvais coaching. Quand tu gagnes, tu as fait les bons changements. Quand tu fais les changements et que l'équipe perd, l'entraîneur n'a pas fait la bonne équipe de départ..."

Retranscription faite par nos soins

Jean-Louis Gasset : "Au bout de 30 minutes, j'aurais pu en enlever 4 ou 5"

Contenu sponsorisé

En continu