J-M Furlan en veut à ses dirigeants de l'avoir traité comme ils l'ont fait après son doigt d'honneur

J-M Furlan en veut à ses dirigeants de l'avoir traité comme ils l'ont fait après son doigt d'honneur

Le - Anciens - Par

Sur les ondes de la radio RMC, le coach du Stade Brestois 29, Jean-Marc Furlan, ex joueur défensif du FC Girondins de Bordeaux, est revenu, à froid, sur un événement négatif de sa saison, qui pourrait remettre en cause son avenir en Bretagne, alors que le club qu'il dirige est toujours en course pour monter en Ligue 1.

 

"Mon avenir ? Sincèrement, je ne peux pas cacher - et je l'ai dit à mes dirigeants - que j'ai été outré et très contrarié par le fait que certains événements aient été traités comme ils l'ont été et pris de cette façon-là, après mon geste déplacé, sur lequel j'étais quand même en faute et honteux d'avoir perdu mon sang-froid. C'était quand on avait perdu à domicile contre Tours (le dernier du championnat de Ligue 2, NDLR), j'avais fait un doigt d'honneur ; voilà... Mais par rapport à mes 40 ans d'expérience dans le football et à mes 20 ans comme entraîneurs, dans plusieurs clubs, je n'ai pas aimé être traité comme je l'ai été après cet incident. Maintenant, il me reste encore un an de contrat à Brest, et on verra avec les dirigeants, je vais discuter calmement avec mon président, en fin de saison ; mais c'est vrai que ça a été assez contrariant pour moi cet épisode. Leur attitude m'a surpris ; et à 60 ans, avec 40 années dans le foot, ça reste. Soyons très clairs sur ça. En attendant, je prends beaucoup de plaisir et de bonheur à diriger une équipe pour le public, les supporters, car ce sont vraiment des gens très loyaux et fidèles. En France, j'ai fait 12 villes, et le peuple de Brest est vraiment très agréable."

 

J-M Furlan en veut à ses dirigeants de l'avoir traité comme ils l'ont fait après son doigt d'honneur

En continu