Florian Brunet (UB 87) : "Il y a une loi d’exception pour les supporters"

Florian Brunet (UB 87) : "Il y a une loi d’exception pour les supporters"

Le - Interview GA - Par

Vendredi, Florian Brunet, porte-parole des Ultramarines Bordeaux 87, était dans notre émission radio partenaire, 'Girondins Analyse'. Parmi tous les sujets abordés avec lui (le récap' ICI) - dont le message principal était l'union des supporters et amoureux du FCGB pour un futur sans King Street -, les nombreux griefs des UB contre la direction du club ont été listés.

Dans cette liste, il y a la lettre envoyée par le club à un jeune supporter du Virage Sud pour l'interdire de stade (à cause d'usages d'engins pyrotechniques)... sans décision de justice. Une affaire sur laquelle Florian est revenu longuement, ainsi que sur l'affaire de la billetterie :

"Notre avocat - Hubert Hazera, que je salue - bosse d’arrache-pied, mais ça ; oui ; c’est légal... C'est légal depuis la loi Larrivé, contre laquelle on s’était soulevé. Il y a une loi d’exception pour les supporters. Car les supporters ne sont pas des citoyens comme les autres. Alors ; on n’a pas le temps en ce moment de parler de la cause des supporters, car on ne parle que de la cause du club des Girondins de Bordeaux, qui est prioritaire, mais vous  nous connaissez... Cette loi Larrivé ; c'est non ! Et il y avait eu une levée de boucliers incroyable. il y a même plein de politiques qui, actuellement, se révoltent contre ces abus de pouvoirs et aussi des journalistes qui commencent à s’intéresser fortement à la chose.

Comment un club peut interdire de stade une personne sans décision de justice ? C’est quand même incroyable. Le garçon qui est interdit de stade par le club, n’est absolument pas condamné par un tribunal. C’est une honte ! Le stade, même s'il est privé, reste un lieu public. Le refus de vente, c’est interdit. Mais il y a des lois d’exception. La loi Larrivé, c’est vraiment une loi d’exception, comme les interdictions de déplacements, comme les interdictions administratives de stade. L’État a le pouvoir et je l’ai vécu car que j’ai été IAS, alors que je n’avais rien fait. Mais le préfet avait décidé de ça, sans avoir aucune preuve mais juste 'des présomptions’. Et par rapport à ces 'présomptions', on vous interdit de stade. Et cette loi Larrivé, elle donne donc ce pouvoir aux clubs. Le club peut décider d'interdire de stade quelqu'un qui a soulevé une banderole contre King Street. C'est ce qui se passe pour notre gars. Il y a zéro preuve contre lui. Zéro ! Mais il a reçu une lettre du club l'interdisant de stade.

Les gens, des fois, ils s'étonnent que je pète les plombs sur Twitter, qu'on ne puisse pas parler avec moi, mais eux ils tolèrent tout. Donc s'ils acceptent ça... je ne peux plus parler avec eux. On attend quoi pour se révolter, sérieux ? Déjà, l'affaire de la billetterie aurait dû être éliminatoire. Nous voler en nous disant que notre tribune est pleine - alors qu'elle ne l'est pas du tout - et qu'il faut payer 27€ et pas 15€ pour aller ailleurs, mais c'est là le pire qu'on puisse nous faire ! Tout comme nous dire qu'on nous interdit de stade car on a un tête qui ne leur revient pas. Et nous, peuple bordelais, on ne dit rien... Sur la billetterie, je pense qu'il y a matière à contester légalement ; mais sur la loi Larrivé... Après, notre avocat, Hubert, il s'occupe déjà beaucoup car on le fait bien travailler. Et il le fait plus par passion que par autre chose, donc il n'est pas regardant sur la tarification... Mais il doit vivre, aussi, avec d'autres affaires. En ce moment, je le sais, il bosse pas mal sur l'interdiction de stade de notre jeune...

Mais après, lui comme nous, on y passe énormément de temps. Cette semaine, on a encore fait une réunion, de 20h à 1h du matin. Que des pères de famille... On a 40 ans, des gamins, des boulots ; mais mercredi soir on a fait 4-5h de réunion et jeudi soir on était à Pau. Moi, j'aimerais bien avoir le temps de bosser pour avoir encore plus de dossiers sur le club. Mais grâce à notre réseau, j'ai la 'Bible' de l'affaire de la billetterie. Car ils en ont fait une théorie, une thèse, un document de 500 pages - où Longuépée intervient d'ailleurs -. Les jeunes loups endoctrinés au développement commercial et au business autour du sport ne disent pas que c'est pour nous voler de l'argent, mais que c'est pour mieux égaliser. Cela se fait beaucoup dans les salles de spectacle. Ce procédé est donc très classique. Mais si des gens ont l'énergie et surtout les compétences pour étudier la légalité de la chose... Il faut le faire. Car on nous truande. Les policiers et les pompiers sont morts de rire quand Thiodet donne les affluences, mais ils n'ont aucun intérêt à monter au créneau pour dire que Thiodet dit n'importe quoi ! Alors ça reste un secret de polichinelle. Mais il faut quand même tout prouver, juridiquement, malgré les centaines de témoignages sur Twitter, qu'il y a un problème ; en faisant un dossier. Donc on est aussi sur ça, mais c'est du boulot, car il faut monter un dossier juridique et aller le défendre. Alors on lance un appel : si des gens sont motivés et compétents pour nous aider, qu'ils se manifestent !"

Retranscriptions d'RIG faites par nos soins

Florian Brunet (UB 87) : "Il y a une loi d’exception pour les supporters"

Contenu sponsorisé

En continu