Florian Brunet : "Nous Les Girondins, c'était très beau, touchant et valorisant"

Florian Brunet : "Nous Les Girondins, c'était très beau, touchant et valorisant"

Le - Interview GA - Par

En plus des autres sujets abordés (Bedouet, Létang, les finances, l'identité du club, les mauvaises relations de Longuépée avec les composantes du club etc), et pour lesquels ses réponses ont déjà été retranscrites hier soir, Florian Brunet, un des porte-parole des Ultramarines Bordeaux 87, a effectué, chez nos partenaires et amis de l'émission 'Girondins Analyse' (RIG), un retour complet sur le mouvement 'Nous Les Girondins'.

Il s'attarde surtout sur le grand rassemblement de samedi dernier, à Bordeaux, où 2 500 à 3 000 personnes sont venues pour montrer que la passion des supporters girondins était là, ainsi que leur colère contre l'état actuel du FCGB :

"Avant de parler du rassemblement, il faut parler des 10 jours qui ont précédé, où on est très satisfaits, car le but du mouvement Nous Les Girondins, qu'on a lancé, c'était d'exprimer notre colère mais d'abord de valoriser notre club. Et on l'a fait avec brio. L'engouement de tous a été magnifique, ça nous à même surpris et c'est valorisant pour nous, surtout de voir autant d'anciens joueurs s'engager. C'est là qu'on se rend compte, même si parfois on l'oublie, surtout en ce moment, qu'on est un grand club ! Derrière les pancartes "Nous Les Girondins", sur les réseaux sociaux, il y avait des gens de partout dans le monde, et c'était magnifique de voir d'anciennes gloires se manifester. Faisons en sorte, vraiment, que Nous Les Girondins ce soit la première pierre de la reconstruction. Et elle est très positive.

Concernant les joueurs, on ne voulait pas que ce soit 'carnaval', mais qu'ils sachent bien de quoi il s'agissait, car la première revendication du mouvement c'est le départ de Frédéric Longuépée de la présidence. On a donc discuté avec chacun pour bien leur expliquer et donc, en tendant les papiers, ils revendiquaient avant tout le départ de Longuépée. On a d'ailleurs été ravi de voir que ce brillant homme disait, dans son entretien pour Sud Ouest, qu'il rejoignait aussi le mouvement "Nous Les Girondins"... Bah alors, place aux actes ! Et vu que la première revendication est son propre départ... Enfin, je profite encore de votre antenne pour remercier tous ceux qui ont participé, tous les amoureux des Girondins, et tous les présents de samedi dernier, qui ont fait cet engouement populaire. Sur les réseaux sociaux, on reçoit de nombreux messages - et j'essaye de répondre à tous, comme les autres leaders, mais des fois c'est dur de répondre deux lignes quand on nous en envoie 50 -, qui nous donnent beaucoup de force pour continuer le combat.

F. Brunet explique le sens de "Nous Les Girondins" et de la mobilisation

Ce club des Girondins de Bordeaux, des Marine et Blanc, du Scapulaire, celui que la direction a officiellement tué avec son nouveau logo où on est devenu les 'Bordeaux Girondins', les 'Bleu et Blanc' et où on porte un chevron, c'est à nous de le faire renaître, pour qu'il redevienne le nôtre. Mais avec le mouvement Nous Les Girondins, on voit là à quel point il est grand. L'engouement des jours précédents et la journée de samedi dernier, c'était formidable. On voit, tout de même, que le club n'en a même pas dit un mot, cherchant à minimiser ce rendez-vous exceptionnel, alors que même dans des pays dont on dit qu'ils ont plus de culture foot que nous on voit rarement ça... Samedi dernier, c'était vraiment révélateur de l'amour du peuple pour les Girondins et la tribune populaire, mais aussi de sa colère... En tout cas, c'était très beau, très touchant, et très valorisant pour nous et le club. Merci infiniment à tous ceux qui sont venus, au nom du lien que nous avons créé. Les mots : 'On est vraiment une grande famille', ils ne sont pas vains, on a créé des liens avec le temps, et moi j'ai vu samedi dernier des gens que je vois depuis 25 ans ; au stade, en déplacement ; car on est liés par des émotions vécues ensemble. Finalement, le but de tout ce qu'on fait, c'est de vivre des émotions ensemble, et on se bat pour en revivre, avec notre club et pour lui. On a réussi à le faire samedi dernier, comme pour 'Adieu Lescure' en 2015 même si c'était différent. Mais, encore une fois, on a réuni des milliers de passionnés dans la ville pour un évènement populaire, et là sans match de foot derrière... En exprimant notre colère, on a suscité une magnifique émotion et atteint notre but.

Samedi dernier, c'est historique. Mais c'est terriblement à notre image en fait, c'était vraiment Bordeaux, comme depuis des décennies : très classe, digne, passionné. On a même nettoyé la place Pey-Berland après, en la laissant plus propre qu'on ne l'avait trouvée. Le peuple bordelais est mondialement connu, au niveau des tribunes, pour ses valeurs de tolérance, de loyauté, d'antiracisme, de respect, alors on a encore su exprimer notre passion sans débordements. Et d'ailleurs, ça a dû en faire halluciner beaucoup, surtout notre nettoyage, car des manifestations ça peut mal se passer, surtout autant de monde. Maintenant, pour faire renaître notre club, il faudra vraiment capitaliser sur ce rassemblement de samedi dernier et ce mouvement, qui doit être la première pierre d'un renouveau, la base, montrant à cette bande d'imposteurs à la tête d'un club qu'il nous ont volé et dont ils tuent l'identité ce que sont vraiment les Girondins de Bordeaux."

Retranscriptions faites par nos soins

Florian Brunet : "Nous Les Girondins, c'était très beau, touchant et valorisant"

Contenu sponsorisé

En continu