Dugarry : "Moi, à Bordeaux, j’ai déjà gagné sans leader"

Dugarry : "Moi, à Bordeaux, j’ai déjà gagné sans leader"

Le - Anciens - Par

Hier, sur RMC, un long débat a eu lieu sur le sujet du manque de leaders, notamment en équipe de France. Et l'ancien attaquant bordelais, Christophe Dugarry, a donc eu l'occasion de développer un avis assez original sur la question, en s'appuyant sur sa carrière et ses ressentis...

« Ce n’est pas forcément qu’il n’y a pas besoin d’un leader, mais s’il n’y en a pas, on ne va pas le fabriquer, car un leader n’a pas à se forcer. On sait que maintenant, parler de ‘leader’ c’est un peu facile. Je trouve que dès qu’il y a des résultats qui ne vont pas très bien on dit que c’est parce qu’il n’y a pas de leader, mais ‘leader’ ça veut tout et rien dire. Il y a des leaders techniques sur le terrain, des leaders de vestiaire, des leaders de cantine (rires), des leaders d’après match, c’est plein de choses. Moi je suis persuadé que ce n’est pas si important que ça, et qu’il ne faut pas se forcer car ça vient de façon très naturelle. Aujourd’hui, en équipe de France, les choses vont bien et le capitaine, Hugo Lloris, il arrive à pacifier les choses dans une équipe assez calme, homogène, tranquille. Les coups de gueule, il en faut quand les choses vont mal… Donc pourquoi remettre sur la table le sujet du manque d’un éventuel leader ? C’est le sélectionneur, Didier Deschamps, qui captive tout, qui attire les critiques ou les bonnes opinions.


http://img.bfmtv.com/c/709/360/a21/a9aac4825004743587ceafcbadbfb.jpeg


(…) Comme joueur, j’ai été pendant 8 ans en équipe de France, et il y a toujours eu des relais, comme Didier, Laurent Blanc, Marcel Desailly, Zizou, mais je n’ai jamais eu le sentiment qu’ils prenaient le rôle du sélectionneur, Aimé Jacquet. Après, quand quelque chose ne va pas, les joueurs, sans être non plus des leaders incontestés et incontestables, sont bien capables de se réunir autour d’un projet commun en se disant : ‘Bon, les gars on se secoue’. Donc identifier un ou deux leader(s) en disant que les choses vont forcément aller mieux parce que eux vont assumer toute la responsabilité des choses en réglant les problèmes, non. Je ne pense pas que ce soit aussi simple… (…) Moi, je préférais un leader technique de terrain comme Zidane, qui ne parlait pas, plutôt qu’un Deschamps, leader de vestiaire. Didier a fait une carrière exceptionnelle, bien sûr, mais ce qui compte le plus, c’est le jeu, c’est de savoir à qui tu donnes le ballon pour qu’il le bonifie et transforme le jeu. C’est plus important que le mec qui ne fait que piailler sur le terrain, même s’il est aussi nécessaire. (…) N’allez pas croire que ça existe le mec qui réunit tout le monde quand on perd 2 à 0 et qui trouve les mots magiques pour qu’on gagne 3 à 2. C’est juste un truc de journaliste ! Vous demandez aux joueurs qui a dit quoi, qui est le leader, donc forcément ils vont dire que c’est le joueur d’expérience, comme Patrice Évra, ou bien le coach, car il faut leur faire plaisir, mais ça sert à que dalle ! Il n’y a pas de ‘Pascal le grand frère’, surtout en équipe de France ! (…) Excusez-moi d’avoir fait plus de 15 ans de carrière et de savoir ce qu’on peut dire en fin de match pour répondre aux questions de la presse et flatter les anciens, ce qui est normal. Ne donnez pas trop d’importance à ce genre de choses.


(…) Moi, à Bordeaux, j’ai déjà gagné sans leader, à l’époque de Rolland Courbis. C’était lui le leader, le coach. Quand on était avec lui, c’était lui qui prenait et donnait la parole sans qu’il y ait de relais clairement définis et identifiés. Après, on n’a pas gagné de titres, c’est vrai (rires), mais on a eu des résultats. Et sans leaders. Pourtant, on avait une bonne équipe, avec Lizarazu, Witschge, Zidane. Mais ils n’étaient pas des leaders, ce n’est pas obligatoire d’en avoir un. Et s’il y en a un, tant mieux, mais ne pas en avoir n’est pas une catastrophe. Il vaut mieux une grande équipe qu’un grand capitaine. (…) Vous pensez vraiment que Deschamps avait un charisme incroyable ? Il avait du poids dans le vestiaire, oui, mais les mots ont un sens. C’était un vrai leader, aucun problème, mais il n’avait pas un charisme incroyable. Aujourd’hui, Évra ou Lloris ont dû apprendre le ‘métier’ de capitaine, car au début ils n’étaient peut-être pas fait pour cela. Ils ont appris à prendre des responsabilités, à être un peu des politiciens, à être des relais, à avoir la parole juste. »

Dugarry : "Moi, à Bordeaux, j’ai déjà gagné sans leader"

Contenu sponsorisé

En continu