Dugarry : "Je ne cherche pas à me faire aimer, ma seule limite est de ne pas être cruel"

Dugarry : "Je ne cherche pas à me faire aimer, ma seule limite est de ne pas être cruel"

Le - Anciens - Par

Qu'on l'apprécie ou non, et notamment à travers ses coups de gueule vis à vis des Girondins et, surtout, de leur direction, Christophe Dugarry est devenu, depuis de longues années désormais, un cadre du paysage audiovisuel footballistique français... après avoir été en froid avec la presse quand il était joueur.

Aujourd'hui animateur et consultant sur RMC (radio), SFR Sport et BFM Sport (TV), après avoir été l'un des commentateurs vedettes de Canal +, l'ancien attaquant international formé à Bordeaux a fait l'objet d'un article du "Parisien" retraçant sa réussite dans les médias, où son caractère fait mouche.

« Moi, j'ai été détesté. Je ne cherche pas à me faire aimer. Ma seule limite est de ne pas être cruel. Je ne prétends pas dire la vérité. C'est ma vérité. Beaucoup d'anciens joueurs deviennent consultants en attendant un poste d'entraîneur. Du coup, tu risques de ménager tel ou tel... Moi, je n'ai pas cette ambition. Et je ne me projette pas plus loin que l'année qui vient. Je rêve de continuer de prendre l'apéro à Bordeaux avec mes copains. (...) J'ai pris un appartement ici, à Paris. Je passe quatre jours à Paris et trois à Bordeaux, où vivent mes deux fils de 17 et 15 ans. » explique "Duga", dont les qualités à l'antenne sont ensuite vantées par ceux qui lui ont fait confiance dans leur grille de programmes.

Francois Pesenti : « Sur RMC, l'émission porte le nom de l'animateur : Moscato, Courbis, Larqué... Il nous faut des personnalités un peu hors norme, qui suscitent le débat. J'ai repéré Christophe depuis ses débuts à Canal +, il y a dix ans. Ils ne sont pas nombreux à pouvoir faire ça. »

Cyril Linette : « Il a un naturel désarmant, un vocabulaire très au-dessus de la moyenne. En 2008, quand j'ai créé le Canal Football Club, j'avais pensé à en faire le premier ex-footballeur présentateur d'une émission. Mais je me suis dit qu'il y perdrait en liberté de ton et serait plus efficace à donner ses avis tranchés sur le plateau. »

Dugarry : "Je ne cherche pas à me faire aimer, ma seule limite est de ne pas être cruel"

Contenu sponsorisé

En continu