David Guion du dernier de Ligue 1 au premier de Ligue 2

David Guion du dernier de Ligue 1 au premier de Ligue 2

Le - La Rédac.- Par Julien

David Guion et les Girondins sont en pleine préparation de la réception de Metz ce samedi au Matmut Atlantique.

Contre leurs anciens partenaires de Ligue 1, les marine et blanc pourront assoir leur première place de Ligue 2 grâce, notamment à leur entraîneur.

Une trajectoire estivale inattendue

À l'image de Gaëtan Poussin ou d'autres jeunes qui ont connu une trajectoire animée, l'entraîneur du FCGB partait pourtant avec plusieurs wagons de retard. Et pour cause, c'est son nom qui est associé à la tête de l'équipe descendue en Ligue 2, la même qui a encaissé un nombre catastrophique de buts. Après un bilan catastrophique ponctué d'une descente, la logique était pourtant à un départ. À la surprise générale, le FCGB a choisi de poursuivre avec l'ancien entraîneur du Stade de Reims qui avait - au passage - consenti à une importante baisse salariale.

Plus de pouvoir décisionnaire donné à David Guion

Au-delà de sa prolongation, le club lui a laissé la main sur la composition de son staff. D'un entraîneur au bilan calamiteux en L1 avec les Girondins, le club en a fait un entraîneur non seulement prolongé mais en plus renforcé dans sa position. Les départs de Coupet et Plasil ont ainsi surpris (et surprennent encore dans la manière et l'absence de communication). L'arrivée de Denis Zanko est, elle, clairement assumée par le technicien et porte déjà ses fruits. Sur ce point, le temps donne raison à l'ensemble des parties.

Une préparation estivale comme si de rien n'était

Se concentrant officiellement sur la préparation estivale côté terrain, David Guion a passé les matchs les uns après les autres en tenant son groupe. Le nouveau mercato complexe des Girondins ne lui aura laissé que des inquiétudes formulées le plus tardivement possible. Le 21 août dernier, il se déclarait impatient sans pour autant s'épancher.

Après une gestion de son groupe délicate en fin de saison dernière et certains jeunes comme Sékou Mara laissés sur la touche, la place a été faite à la jeunesse cet été et sur le début de Championnat. Une question de moyens limités (départs, attentes des arrivées) mais aussi de choix assumés. Le club ayant aussi changé sa vision du projet (pour une question de budget notamment mais encore fallait-il être capable de l'intégrer naturellement).

Depuis la prépa et le premier match de L2, ses gamins, comme il les appelle lui ont rendu la pareille. Et une fois les contrats des recrues validés, David Guion a continué de faire jouer ses jeunes. Dilane Bakwa devant, Malcom Bokele derrière alors que l'expérimenté Clément Michelin patientait sur le banc.

Un entraîneur ouvert aux changements tactiques

Côté tactique, l'orientation tendait vers un schéma en 1-442 et ce dès la fin de saison dernière. Les complexités du recrutement et l'emergence des jeunes en ont décidé autrement sur le fond. Sur la forme, David Guion s'est adapté d'entrée en privilégiant un 433. Quand ses défenseurs centraux performaient tous de Barbet à Gregersen en passant par Mwanga, rebelote : l'idée de mettre les meilleurs dans les meilleures conditions était testée avec une défense à 3 et 2 pistons. Côté joueurs, Logan Delaurier-Chaubet est peut-être l'exemple le plus marquant : n'entrant pas dans les plans de Guion en fin de saison dernière, l'ailier bordelais a su saisir sa chance en préparation. Quelques semaines plus tard, il était aligné en L2 avec les Girondins après avoir été prolongé.

Des joueurs à gérer jusqu'à la remontée espérée

Ses recrues lancées avec plus ou moins de réussite, David Guion peut donc varier ses choix. Contre Laval, l'excellent Junior Mwanga a démarré sur le banc. Le milieu Issouf Sissokho continue de frapper fort à un moment où Ignatenko et Fransergio ne crèvent pas les écrans même si ce dernier reste très apprécié par le technicien. Devant, la confiance a su être replacée en Josh Maja. Après un début de saison poussif en terme de contenu, l'international nigérian s'est régalé sur penalty et s'est imposé comme meilleur buteur. La recrue Aliou Badji et Alberth Elis vont devoir cravacher. La gestion de ce dernier sera d'ailleurs intéressante à suivre. Estimé à un montant à deux chiffres il y a quelques mois, la valeur du joueur a baissé en L2 mais aussi en raison de la fragilité de ce dernier pointée par son propre entraîneur.

Actuellement, cela se présente presque comme des problèmes de riches. Les méformes, suspensions et blessures des individualités viendront tester le management de David Guion. À cette heure, il est par exemple concentré sur la remise en forme mentale de Clément Michelin.

S'il reste encore beaucoup, beaucoup de matchs, Guion et sa bande se savent de tout de manière attendus à chaque rencontre. En cas de bonne tenue de la feuille de route et de remontée, il y aurait de quoi bomber le torse pour un entraîneur pourtant parti de très loin.

En continu