Brunet : "Il fallait des éléments pour monter au créneau, on a été servis"

Brunet : "Il fallait des éléments pour monter au créneau, on a été servis"

Le - Ultramarines - Par

En conflit avec le club, notamment depuis "l'affaire de la billetterie", et surtout avec le président délégué Frédéric Longuépée, dont ils demandent le départ voire... la démission car il menace selon eux l'identité du club pour incarner des dérives trop commerciales, les Ultramarines Bordeaux 87 ont un point de vue très tranché. Sur Twitter, le porte-parole des UB 87, Florian Brunet, répondant à des supporters du club, a reprécisé la position du groupe :

"Nous connaissons la mentalité de Frédéric Longuépée et d'Antony Thiodet (le directeur de la billetterie) depuis longtemps, il est vrai. Mais il nous fallait des éléments pour monter au créneau. Ces derniers temps on a été servis. On avait pourtant encore pris le temps d’expliquer, à la garden party de rentrée du club.

(...) Le club veut un public qui « ne vient pas que pour assister à un match, voir un résultat sportif » ? Non mais c’est une blague ??? Le stade Gallice, ce n’est pas Disneyland. Nous, on veut un public qui vient pour l’équipe, pour rien d’autre. Bien sûr que les loges doivent être occupées, mais le poumon du stade ne sont pas elles. Se préoccuper des loges, oui, mais sans jamais oublier le plus important : le public, celui qui rapporte des points. Au-delà de leurs personnes (celles de F. Longuépée et A. Thiodet), qui au final nous importent peu, c’est une certaine vision du foot que nous défendons : accessible aux plus pauvres et surtout aux passionnés aimant le club, où le terrain est central et ne devient pas secondaire au détriment de l’activité « parallèle ». « Les gens ne viennent pas pour 40€ mais viennent pour 100 », nous avait dit Antony Thiodet, en trahissant sa philosophie : remplacer ce foot populaire par un autre. Le problème est que cette vision-là rapporte moins. Sans grand public, pas de Ligue des Champions. Souvenez-vous de l'ambiance de feu pour Gent... Eux, ils veulent un public de spectateurs. Quand je dis « ils », je parle de FL, AT et d’autres arrivés récemment. Leur vision est court-termiste. Nous, nous voulons un public de supporters qui rapportent des points. Celui qui existe et qui ne demande qu’à revenir si le sportif suit.

(...) Nous confirmons ne pas prendre nos décisions à la légère, conscients de nos responsabilités. Nous confirmons également une fracture, mais en revanche elle n’est pas en train de se créer, elle est béante. Le Mercato est le meilleur depuis 9 ans. On a deux stars, Koscielny et Sousa ; aux revenus qui vont avec, et ça aussi ça fait 9 ans qu’on ne l’avait pas vu. Pour la partie sportive, nous ne critiquons pas, pour le reste oui. Nous sommes globalement plutôt satisfaits du sportif, c’est le club de « divertissement » qui nous pose soucis.

(...) Le public existe déjà et ne demande qu’à revenir. Ils étaient 120 000 aux Quinconces en 2009 lorsque nous étions à Caen. Mais ce public ne reviendra que si le terrain est central, que si le sportif suit. Mais pas comme cela, pas avec ces hommes, pas avec ces mots, pas avec cette méthode : le club, son histoire, ses supporters doivent être au centre de tout. De plus le FCGB se doit d’être indivisible et non se diviser en des activités parallèles. Longuépée et Thiodet sont non seulement un investissement inutile, mais surtout contre productif. Une vision à court terme du développement commercial autour du foot qui, à long terme, se coupe de sa base et donc de son âme. #LonguépéeDémission"

Brunet : "Il fallait des éléments pour monter au créneau, on a été servis"

Contenu sponsorisé

En continu