Benoît Costil estime qu'il n'avait "pas à être sur (sa) ligne" au moment du tir d'Aaron Leya Iseka

Benoît Costil estime qu'il n'avait "pas à être sur (sa) ligne" au moment du tir d'Aaron Leya Iseka

Le - Réactions - Par

Ce dimanche, à Toulouse (défaite 2-1 des Girondins lors de la 2ème journée de Ligue 1), le gardien bordelais Benoît Costil a encaissé un but sur une belle frappe de loin d'Aaron Leya Iseka, qui disait avoir justement pour consigne de tenter souvent sa chance ; car il savait sans doute que l'ancien rennais a cette caractéristique de souvent s'avancer. Sur Twitter, Opta, opérateur spécialisé dans les stats, révèle ainsi que c'est déjà la... 7ème fois en 2018 (et aucun gardien ne fait pire en L1 sur la période) que Costil encaisse un but sur un tir parti depuis l'extérieur de la surface de réparation. Près d'1/3 des buts qu'il a pris en 2018 viennent donc de tirs lointains.

Pourtant, France Bleu rapporte que, en zone de presse, après TFC - FCGB, le N°1 et capitaine actuel des Girondins de Bordeaux - qui a cependant été un des rares aquitains à s'arrêter pour répondre à la presse - persiste sur le fait qu'il ne se sent pas coupable d'avoir été trop avancé au moment de la frappe de Leya Iseka, qui a fait mouche ce weekend :

"On a le ballon à la base, il met une belle frappe... Désolé mais je n'ai pas à être sur ma ligne de but".

A tort ou à raison, Benoît Costil assume donc de ne pas avoir été placé quelques pas en retrait au moment du tir de l'international Espoirs belge âgé de 20 ans.

Benoît Costil estime qu'il n'avait "pas à être sur (sa) ligne" au moment du tir d'Aaron Leya Iseka

En continu