David Guion : "Il n'y a rien à reprocher, j'ai félicité mes joueurs pour l'énergie"

David Guion : "Il n'y a rien à reprocher, j'ai félicité mes joueurs pour l'énergie"

Après le match nul contre Pau, David Guion a félicité ses joueurs pour la débauche d'énergie récompensée par un point arraché en fin de match :

"Quand j'analyse le match, il nous a évidemment manqué de la réussite. On a frappé 3 fois les montants. Les joueurs ont fait beaucoup de bonnes choses. On connaît les statistiques. Faire 24 tirs dans la surface, c'est énorme. On a fait beaucoup de centres aussi. C'est frustrant parce qu'on n'a pas eu cette réussite mais il nous a peut-être manqué cette petite étincelle, cette détermination. C'était une attaque défense pendant 90 minutes, pendant 50 minutes, c'était 9 derrière le ballon dans la surface. Ils ont frappé trois fois au but et ils ont marqué. Je n'ai rien à reprocher dans les intentions. Il y a eu plein de bonnes choses. Les garçons ont tout fait pour aller chercher cette victoire. Il y a de la déception car on joue pour gagner et on voulait la victoire pour cette dernière. J'ai félicité mes joueurs pour la débauche d'énergie mise dans ce match."

"On peut compter les points, je regarde aussi le contenu. Des matchs comme ça il en existe un ou deux dans une saison. Quand on ne gagne pas, forcément il y a de la déception. On a su revenir au score. On méritait ça et de l'emporter aussi. Il n'y a rien à reprocher. On a bien terminé la première période avec le poteau et le penalty non sifflé. On me dit qu'on est favorisé par l'arbitrage, je prouve que c'est faux. La première demi-heure on voulait passer par les côtés. Cela manquait de présence et d'agressivité dans la surface. On a aussi ce face à face de Logan dans la surface. Au bout de 30 secondes, Dilane a aussi une occasion. En seconde période, on a mis plus de caractère, c'est ce qui a fait la différence. Sur nos 9 corners, on a peu trouvé les bordelais. J'ai trouvé qu'on les avait tiré trop flottants, faciles à lire pour l'adversaire."

"À propos du système (442), je voulais le mettre en place avant le match à Nîmes. On a malheureusement un second attaquant sur le flanc mais Alberth revenait bien. J'avais envie de l'expérimenter. C'était le bon moment. [...] Ces 15 journées valident le travail des garçons mais on peut aller plus loin. Il le faudra. Je suis vraiment satisfait car personne n'aurait imaginé qu'on serait dans les deux premiers à cet instant de la saison."

Retranscription faite par nos soins

En continu