Jaroslav Plasil : "On a vu le Slavia contre Kiev, on s'attend à beaucoup d'intensité"

Jaroslav Plasil : "On a vu le Slavia contre Kiev, on s'attend à beaucoup d'intensité"

Accompagnant son entraîneur, Éric Bedouet, en salle de presse, avant Slavia Prague - Girondins de Bordeaux, premier match de la phase de groupes de l'Europa League, l'expérimenté milieu... tchèque des Marine et Blanc, Jaroslav Plasil (36 ans, 103 sélections en A), a répondu sans fioritures aux questions des journalistes.

"Déjà, je dois vous répondre en français ou en tchèque (sourire) ? (Il répond finalement dans sa langue maternelle, avant que le traducteur relaye ses propos en français à chaque fois) Pour répondre à la première question, oui, j'étais impatient de retourner ici car c'est l'occasion pour moi de voir ma famille, que je ne vois pas assez souvent. Je suis très heureux de pouvoir revoir ma famille et mes amis, qui seront présents en nombre au stade.

(...) Si je vais jouer ? Je ne sais pas, cela dépend des choix de l'entraîneur et du déroulement du match. Cette équipe de Prague, on l'a vue en vidéo, et quand ils ont joué contre le Dynamo Kiev* en tour préliminaire européen l'ambiance était assez grande.On s'attend aussi à un match très dur, avec beaucoup d'intensité de la part du Slavia, ce qu'on a aussi vu contre Kiev. Je ne pense pas que ce sera un match où les classements des deux équipes en championnat compteront, ce sera totalement différent. Je suis sûr qu'on peut faire quelque chose et réussir ici, nous en avons les moyens et les qualités. Jusqu'à présent, on a joué des matches pour se qualifier jusque là, mais maintenant c'est autre chose, il faut profiter et jouer cette compétition à fond, maintenant qu'on y est. On a bien suivi le Slavia Prague à la vidéo, ils n'ont pas eu besoin de mes conseils.

(...) Le transfert raté de Michael Krmenčík (attaquant du Viktoria Plzeň, NDLR) à Bordeaux ? J'en suis désolé. Ça aurait pu être une grande opportunité. Et moi j'aurais bien aimé avoir un compatriote dans l'équipe. Ça aurait été très sympathique. (...) Si je suis encore le championnat tchèque ? Je n'ai pas la télévision tchèque chez moi, donc je ne peux pas regarder les matches. Mais je suis toujours les résultats, et je sais que le Slavia est en forme, a beaucoup de succès, et sera motivé pour nous battre."

*1-1 à Prague, 2-0 en Ukraine, au retour, dans les tours préliminaires d'accès aux poules de la Ligue des Champions.

En continu