"Bordeaux devient une tribune très forte vocalement"

"Bordeaux devient une tribune très forte vocalement"

Le - Interview - Par

En plus de revenir, de façon très complète et bien argumentée, sur toutes les tensions actuelles autour du Nouveau Stade de Bordeaux et de la sécurité, l'invité de Girondins Analyse vendredi, Florian, des Ultramarines, a aussi pu commenter les choses bien plus heureuses, comme l'entrée dans ce nouveau stade et tous les changements très positifs que cela allait entraîner pour l'ambiance, malgré des exigences nouvelles également :

« Il y a des réglages à faire avec la sono dans le virage. Le club n’a pas pu la régler avant, mais nous avons eu la garantie que le problème a été constaté et déjà réglé depuis pour que nous ne soyons plus embêtés par la sono pour le prochain match. Aussi bien eux que nous avons su remédier à des problèmes techniques que nous avons analysés.

Au Nouveau Stade, il y un toit. Et les chants vont être beaucoup plus forts. Mais là, par contre, si on veut bien les tenir longtemps il va juste falloir devenir de bons chanteurs. Et ce n’est pas dans les gènes du Français ou du Bordelais, mais plus dans celles de l’Italien par exemple. Nous sommes très bons en France sur les chants courts, mais pas sur les longs. Il y a un travail de sape que nous allons faire au virage. Laurent et Hugues (un autre « capo » NDLR) ont commencé lors du premier match contre Montpellier. Il faudra très rapidement apprendre à bien s’écouter mutuellement, à chanter ensemble pour que les chants durent et qu’il n’y ait pas que des chants courts. Les chants courts, c’est sympa, mais quand ça tient 5-10-15 minutes, voire plus, c’est aussi sympa, et même très sympa. Il y a toute une adaptation à faire, une éducation à cela, mais vous connaissez tous les qualités de Laurent (Perpigna NDLR) et il pourra s’occuper de ça sans souci.

(…) Nous avons de la chance d’avoir un vrai musicien comme lui dans le groupe, qui connait parfaitement ces problèmes de rythme. Dans sa voix, sans que vous vous en rendiez compte, il amène le rythme. En plus de son charisme, il est très au point sur la technique vocale car c’est une passion qui lui prend beaucoup de temps. Dès la fin du match contre Montpellier, on a vu que ça allait déjà mieux car il arrêtait les chants, il expliquait, il reprenait… Il a vraiment beaucoup donné ces derniers temps donc qu’il se repose bien cet été. Ce petit progrès dans le rythme au niveau des chants est à confirmer dès la saison prochaine mais on va continuer à travailler sur ça, à la fois pour les chants et pour les tambours. (…) Mais nous aurons aussi besoin d’une sono qui soit bien plus forte chez nous et moins forte de la part du club, alors que ces réglages étaient moins utiles à Lescure.

(…) Le contexte vocal a déjà changé et Bordeaux devient une tribune très forte vocalement. On doit l’assumer et le faire perdurer. Avant, nous étions une grande tribune, mais ne nous voilons pas la face... A part les grands matches on a passé quasiment les trois quarts de la saison 2013/14 à tous monter d’un cran. Pour nous, c’était quand même un souvenir assez triste, une défaite, car peu de monde venait au stade, donc les chants ils étaient d’une tristesse infinie… Surtout sans toit, avec la tribune espacée de Lescure. Maintenant que nous avons un beau stade, condensé, avec des tribunes rapprochées, le toit, franchement, on n’est pas du tout déçu… Je suis dans le monde des tribunes depuis très longtemps et c’est comme un rêve qui s’est réalisé. »

"Bordeaux devient une tribune très forte vocalement"

Contenu sponsorisé

En continu