Bordeaux piétine

Bordeaux piétine

Publié le - Par - Après-match

Un point du match nul heureux pour les Marine et Blanc hier à Rennes est venu conclure une série de trois matchs sans victoire pour les hommes de Jocelyn Gourvennec.

Quelle aurait été l'issue du match si Jérémy Ménez et, surtout, Diego Rolan avaient fait preuve de plus de sang-froid et de réalisme sur leurs occasions de la première mi-temps du Rennes - Bordeaux d'hier après-midi ? En ouvrant le score à l'extérieur, les Girondins se seraient alors mis dans de meilleures dispositions que ce qu'ils n'ont jamais été au Roazhon Park.

Mais, loin de ce football fiction, les hommes de Jocelyn Gourvennec ont une nouvelle fois traversé le match sans grande motivation, sans moyen de "bousculer" son adversaire. Comme à Paris (0-2) lors de la dernière journée de championnat, ou encore comme face à Angers et Toulouse, un peu plus tôt dans la saison, les Marine et Blanc ont déçu dans l'engagement et dans l'état d'esprit.

Un milieu à (re)définir ?

Sur le plan tactique, le choix de Jocelyn Gourvennec de lancer la paire Toulalan - Sertic en milieu central a plutôt fait jouer le bloc bordelais bas qu'autre chose. Si Jaroslav Plasil n'a pas été le joueur le plus en vue de la saison, sa présence sur le banc prouve toutefois que son entraîneur cherche encore la bonne formule dans cette zone du jeu, où Malcom baisse le pied depuis la réception d'Angers. Sans un gros match de Cédric Carrasso et une belle résistance de la charnière Pallois - Lewczuk, Bordeaux serait parti de Bretagne avec plus d'un but encaissé.



Une attaque à revoir ?

En cruel manque d'efficacité sur le plan offensif, à l'image d'un Diego Rolan qui dézone beaucoup trop et qui vendange devant, Bordeaux est encore en rodage devant. Cela fait neuf journées que le championnat a démarré et les choses peuvent cependant paraitre encore logiques, surtout avec la mise en place d'un nouveau système à deux pointes (Rolan - Ménez) après des dernières années guère plus brillantes offensivement et le départ d'un Cheick Diabaté habitué à jouer seul devant.

Des cadres pas au sommet ?

Si Cédric Carrasso est au top de sa forme depuis le début de saison, l'apport des deux recrues réputées expérimentées, Jérémy Toulalan et Jérémy Ménez, est lui encore loin des attentes espérées. Le premier, qui a besoin d'enchaîner les matchs, pourra enfin entamer une série après avoir été suspendu d'entrée à Saint-Étienne puis blessé dernièrement. Du côté de l'ancien milanais, les gestes techniques de classe sont de sortie mais ses énervements fréquents envers ses coéquipiers et son attitude nonchalante quand l'équipe va moins bien aussi...

Jaroslav Plasil n'a pas eu, lui non plus, en ce début de saison le rayonnement qu'on lui connait. Mais cela (re)viendra, sans aucun doute. En attendant, Jocelyn Gourvennec, n'a pas hésité à se passer de son habituel au coup d'envoi du match à Rennes.

En tout cas, opposée à Nancy ce week-end, l'équipe bordelaise est aujourd'hui très difficile à cerner du côté des sites de paris sportifs français.

Cette opposition face à un promu relancera le débat du réel niveau des Girondins de Bordeaux, eux qui peinent toujours - et qui ne semblent pas presser de gommer cela - face aux écuries étant présumées plus faibles. Présumées plus faibles ou d'un niveau supérieur, ces équipes continuent en tout cas de faire descendre Bordeaux, tout doucement au classement. On espère donc un rapide réveil bordelais. Et sur plusieurs matchs bien sûr !

crédit photo : eurosport.fr