Stéphane Martin (sur un possible rachat du FCGB) : "J’ai envie de dire aux supporters de se fier d’abord à la parole des intéressés, et à celle de Nicolas de Tavernost"

Stéphane Martin (sur un possible rachat du FCGB) : "J’ai envie de dire aux supporters de se fier d’abord à la parole des intéressés, et à celle de Nicolas de Tavernost"

Le - Interview - Par

Encore dans son entretien de ce soir, sur GOLD FM, le président du FC Girondins de Bordeaux, Stéphane Martin, a parlé du contexte autour du possible rachat du club par le fond d'investissement américain General Americain Capital Partners.

 

« Si je comprends les interrogations sur le possible rachat du club ? Oui, mais le club a un cap. On travaille pour une institution qui est plus qu’une entreprise, qui a presque 150 ans, et dont chacun est, je pense, imprégné. Alors on se concentre sur le travail, et ce quelle que soit l’évolution capitalistique des Girondins, qui me préoccupe moins que les résultats sportifs, surtout quand nous étions dans le bas du classement, à craindre la relégation en Ligue 2, ce qui aurait été un désastre. L’intérêt du club prime, et on travaille du mieux que l’on peut en prenant les décisions qu’on pense être les meilleures. Je pense que si on prend de bonnes décisions dans la gestion et qu’on est rigoureux, c’est de toute manière positif, indépendamment d’un éventuel changement d’actionnaire.

 

Le club, il existe, il vit, et il continuera d’exister, car c’est une institution, Pour la saison prochaine rien dans le contexte actuel ne nous empêche de travailler, de préparer, car quoi qu’il se passe de grandes lignes seront maintenues. Et peut-être aussi que rien ne changera et que l’actionnaire actuel restera. Rien n’est signé à ce jour, et Nicolas de Tavernost l’a très bien dit dans Sud Ouest, en étant très transparent et sans langue de bois sur le sujet, comme il l’est depuis des années, pour vous donner une bonne image de la situation. Il ne veut pas se débarrasser du club en vendant au premier venu, et s’il l’avait voulu il aurait pu le faire depuis longtemps. On est entre gens professionnels et responsables, et si on négocie avec certains c’est qu’on pense qu’ils sont intéressants. Nicolas de Tavernost a toujours dit qu’M6 partirait sereinement et en ayant en tête l’intérêt du club, son avenir, sa progression et sa pérennité. Les Girondins sont et seront entre de bonnes mains quoi qu’il arrive. La pérennité du club n’est pas remise en cause car M6 et Nicolas de Tavernost ont des interlocuteurs sérieux en face.

 

Les inquiétudes des supporters ? Ce que j’ai envie de dire aux supporters c’est de se fier d’abord à la parole des intéressés, et le premier intéressé c’est Nicolas de Tavernost. Il faut aussi se méfier des documents dont a parlé la presse, et de comment les informations sont relayées et interprétées - parfois à desseins -. Aussi, et ce n’est pas péjoratif, car chacun son métier, les éléments de culture économique peuvent parfois manquer pour tout comprendre du dossier. »

 

Stéphane Martin (sur un possible rachat du FCGB) : "J’ai envie de dire aux supporters de se fier d’abord à la parole des intéressés, et à celle de Nicolas de Tavernost"

Contenu sponsorisé

En continu