Obraniak : "La Russie pourrait me tenter"

Obraniak : "La Russie pourrait me tenter"

Le - Mercato - Par

Semaine après semaine, déclarations après déclarations, Ludovic Obraniak semble plus que jamais être prêt à quitter la Gironde et le championnat de France. S'il affirme ne pas encore avoir reçu d'offre vraiment intéressante et ne vouloir partir que pour progresser, le N°4 du FCGB semble s'être très bien renseigné sur le championnat russe... Où on a annoncé l'hiver dernier un intérêt du Zénith Saint-Pétersbourg pour son cas :
 
"A 29 ans, le temps commence à se faire court et les occasions de se projeter dans un championnat étranger sont de plus en plus rares. J'y réfléchis, mais ça dépend aussi de l'offre et de la demande. Jusqu'à maintenant, j'ai eu des propositions, mais jamais rien de mieux de ce qu'on me proposait en L1. Si je pars, c'est pour progresser.

Aujourd'hui, on ne peut plus se permettre d'exclure quoi que ce soit. La Russie est en train de devenir un super championnat. Quand on regarde la qualité des formations comme l'Anzhi, les quatre clubs de Moscou, le Rubin Kazan et même le FK Krasnodar, c'est un championnat qui tient la route. En tout cas, moi je n'exclus pas cette possibilité, d'autant que j'ai aussi des origines de l'Est. Ca correspond à ma mentalité, c'est quelque chose qui pourrait me tenter.

On verra ce qui va se passer avec le nouveau changement fiscal. Ça va changer la donne pour les clubs et pour les joueurs. Il y aura une réflexion commune. Ça peut aussi dépanner certains clubs de voir partir certains joueurs. Je m’attends à un mercato mouvementé.

Je n’ai pas la mémoire courte. Si négociations il y a, elles seront dans le respect de toutes les parties. Je n’oublie pas que Bordeaux m’a tendu la main et permis de reprendre confiance. Honnêtement, je ne sais pas ce qui va se passer, mais je me dois de me montrer respectueux."


Recruté en janvier 2012 pour moins d'1 million d'euros alors qu'il ne lui restait plus que 6 mois de contrat à Lille, Obraniak est encore lié aux Girondins jusqu'en juin 2015 et seule une belle offre pourrait amener Bordeaux à le vendre. Il y a quelques mois, des sommes comprises entre 6 et 8 millions d'euros avaient été avancées par la presse étrangère concernant des offres venant d'Ukraine (Dynamo Kiev et Shaktar Donetsk).
 
Via L'Équipe 

Obraniak : "La Russie pourrait me tenter"

Contenu sponsorisé

En continu