Jean-Baptiste Ginies : "S'il n’y avait plus aucun euro, retour à la case départ"

Jean-Baptiste Ginies : "S'il n’y avait plus aucun euro, retour à la case départ"

Le - Réactions - Par

Jean-Baptiste Ginies, avocat spécialisé en droit du sport, s’est exprimé sur la situation des Girondins de Bordeaux au cours de l'émission du Late Football Club sur Canal + :

"Dans le pire des cas, s'il n’y avait plus aucun euro dans les caisses, c’est la fin de la société sportive du FC Girondins de Bordeaux, donc celle qui exerce en première division. Sachant que la Ligue aussi a un regard sur cette situation économique, qui est notamment la DNCG, qui est chargée de contrôler les finances des clubs. Elle peut prononcer effectivement l’exclusion en raison de l’absence totale de liquidités et donc l’absence de paiements des salaires… Donc ça veut dire retour à la case départ, via la seule entité du FC Girondins de Bordeaux qui peut exercer grâce à sa licence, c’est l’association sportive donc le club qui exerce aujourd’hui en N3 si je ne me trompe pas."

"Très sincèrement, j’ose espérer que la solution privilégiée sera celle de la reprise de la structure professionnelle par un tiers qui viendrait réinvestir des fonds, ou alors ce qu’il se fait de plus en plus en France, un conglomérat de commerçants, d’entités régionales, qui pourraient réinvestir. Ça serait la solution idéale pour que le club survive et puisse continuer de façon pérenne à jouer en première division au moins l’année prochaine."

Retranscription faite par nos soins

Late Football Club

Jean-Baptiste Ginies : "S'il n’y avait plus aucun euro, retour à la case départ"

Contenu sponsorisé

En continu