Florian Brunet : "On espère que King Street est au courant de ce qu'il se passe"

Florian Brunet : "On espère que King Street est au courant de ce qu'il se passe"

Le - Ultramarines - Par

Interrogé par Julien Bée sur le conflit entre les Ultramarines et Frédéric Longuépée, Florian Brunet le répète. Son départ est la seule solution possible, pour résoudre ce conflit : 

"On espère que King Street est au courant de ce qu'il se passe. On attend un coup de fil de Daniel Ehrmann pour avoir des garanties sur la suite. On a tous pris une semaine de congé, on a amené des tentes, le barbecue. C'est fini, on reste là. La plaisanterie a assez duré. [...] Il n'y a aucune négociation possible, Monsieur Longuépée doit partir, ça fait un an qu'il insulte tout le monde. Il n'y a qu'à voir le communiqué du club. On a tous les quinze jours, des communiqués qui sont plus insultants les uns que les autres. Cet homme est dans une pleine crise de mégalomanie. Il s'est attribué l'institution. Pour lui, l'institution lui appartient... Sauf qu'elle n'appartient à personne. Elle appartient au coeur du peuple girondin et il se l'est monopolisé, il l'insulte depuis un an. On pourrait expliquer en long, large et en travers toutes les problématiques qu'il y a eu. La sécurité dépêchée pour nous mater, le scandale de la billetterie. On a montré aux travers des Leaks, la mythomanie de ces gens-là, leurs facultés de braquer les gens les uns contre les autres. On a tout argumenté. Maintenant, il faut prendre des décisions. Ça fait un an que l'on mène ce combat, il a assez duré. Nous-même, on est fatigué. On veut reparler de football, retravailler de manière positive. On veut faire renaître ce club magnifique. C'est formidable qu'Alain Roche et Jean-Louis Gasset qui sont des figures emblématiques de notre histoire, nous rejoignent. On a une bonne base. Il y a eu des gens qui sont partis, Antony Thiodet, Eduardo Macia, Souleymane Cissé, c'est très bien. Mais il en reste un, et c'est peut-être le plus important. Il a cautionné tout ça. On parle des affaires d'Eduardo Macia, mais Frédéric Longuépée était responsable d'Eduardo Macia. On parle du scandale de la billetterie, mais Frédéric Longuépée était le patron d'Antony Thiodet. On parle du scandale des Leaks, du chômage partiel, mais c'est Frédéric Longuépée qui est responsable de tout ça. Il sanctionne des subordonnés, mais pas lui. Ce n'est pas possible. Quand on est président d'un club de football, on est responsable de tout ce qu'il se passe. De tous les scandales qui se passent depuis un an, Frédéric Longuépée en est le principal responsable. Il est en train de tout mettre sur le dos de GACP, mais les insultes sur le peuple girondin, ce n'est pas Joe DaGrosa et Hugo Varela. Eux, ce sont des escrocs, c'est clair et net. Ce qu'il s'est passé est scandaleux et c'est très bien qu'ils ne soient plus là. Mais, les insultes envers le peuple girondin, c'est Frédéric Longuépée et personne d'autre. Il doit partir. On a une ville qui est folle furieuse, qui est en feu. Des milliers de gens sont bafoués à cause d'une seule et unique personne. Cette situation a assez duré. Des décisions fortes doivent être prises et très vite." 

Retranscription faite par nos soins

Florian Brunet : "On espère que King Street est au courant de ce qu'il se passe"

Contenu sponsorisé

En continu