Pourquoi Bordeaux devrait déjà songer à garder Vukasin Jovanovic

Article et actualité des Girondins de Bordeaux

Par Aymeric

Publié le 14/02/2017 à 13h57

Il n'a encore joué que deux matches, et a même fait une erreur contre Paris, mais Vukasin Jovanovic séduit. Et Bordeaux serait peut-être bien inspiré de vouloir le conserver.
C'est un transfert qui aurait pu (dû ?) se faire en janvier 2016, mais finalement Vukasin Jovanovic est, un an plus tard, un joueur des Girondins. Sauf que... le problème n'est en rien résolu, car l'ancien espoir de l’Étoile Rouge de Belgrade est bien sous contrat jusqu'en 2020 avec le Zenit Saint-Pétersbourg et qu'il n'est que prêté à Bordeaux jusqu'à la fin de saison, et sans option d'achat. En clair, d'ici un peu plus d'une quinzaine de matches, à peine, ce jeune défenseur central que la cellule de recrutement a suivi depuis des années pourrait retourner en Russie. A moins que...

Car "pas d'option d'achat" n'empêche pas de faire une offre cet été. D'autant plus que Jovanovic, acheté environ 2.5 millions d'euros (soit moins que ce que Bordeaux avait proposé selon les médias serbes) par le Zenit en février 2016, n'a encore jamais joué avec l'équipe première de l'actuel 2ème du championnat de Russie. Le Zenit pourrait donc être tenté de vite s'en "débarrasser. A moins que l'absence d'option d'achat n'indique, justement, un refus du Zenit de le vendre car il reste dans les plans pour l'avenir. Si tel est le cas, il sera évidemment plus compliqué de négocier ; si tant est que Bordeaux le désire bien entendu. Mais vu le portait qui était récemment fait de "Vuka" par Lazar Van Parijs (Footballski), on se dit qu'il y a moyen...

Actualités : Lazar Van Parijs (Footballski) nous présente Vukasin Jovanovic en détails - Girondins33
« En Russie, il se retrouve avec la réserve du Zenit car l’équipe première a un niveau trop élevé pour lui et il doit améliorer son placement tactique. Mais il a fait un petit blocage. En deuxième division russe, les joueurs voyagent tout le temps et sur de très longues distances : ils roulent parfois pendant trente heures d’affilée pour aller jouer en Sibérie en plein hiver… On peut le comprendre ! (...) L'année dernière, il y avait déjà des contacts très avancés avec Bordeaux, mais pour des raisons assez obscures, il a finalement été transféré à Saint-Pétersbourg. Ça l’a beaucoup déprimé. »

En attendant que le dossier "contractuel" ne se décide, le grand gaillard de 20 ans, qui n'a encore joué que 2 petits matches avec le FCGB mais a montré beaucoup de qualités (anticipation, relance, placement, agressivité), devra quand même s'imposer un minimum pour donner vraiment envie aux Girondins de l'acheter. Mais, en dépit d'une tête hasardeuse qui a donné une occasion de tir à Paris, convertie en but par un Edinson Cavani qui fait feu de tous les bois en ce moment (meilleur buteur d'Europe), Jovanovic semble avoir les qualités pour être le 3ème défenseur central de bon niveau attendu en Gironde. En compagnie d'un Igor Lewczuk (31 ans) qui apparait déjà comme une valeur sûre malgré son arrivée encore très récente et d'un Nicolas Pallois (29 ans) plus critiqué mais encore assez solide, et visiblement devenu vice-capitaine à présent dans l'esprit du coach Jocelyn Gourvennec, le Serbe a clairement une place à prendre, surtout quand on observe, vu son âge, qu'il a une marge de progression supérieure à l'international polonais et à l'ancien niortais.


Rajoutons que, pour son intégration ; qu'elle ne dure que quelques mois ou se prolonge ; Vukasin Jovanovic peut compter sur Milan Gajic, son compatriote et ami, avec qui il avait été champion du monde des U20 en 2015. Le latéral droit, commençant à s'imposer à titre personnel dans l'équipe et qui parle très bien le Français, pourrait donc être à la fois un guide et un argument pour faciliter la réussite de ce nouveau joueur et l'inciter à vouloir rester. « Avec Vukasin (Jovanovic), on se connait depuis notre jeunesse, on parle la même langue, donc ça va aider. Il a fait un super match pour ses débuts avec nous, je suis donc très heureux pour lui, j'espère qu'il continuera à jouer son football pour aider l'équipe » expliquait ainsi Gajic après la victoire 4 buts à 0 à Caen. Quant à lui, le principal intéressé, lors de sa conférence de presse de présentation, n'avait d'ailleurs pas écarté l'hypothèse de porter le maillot bordelais pour plus de 4 mois. Idem pour le coach, Jocelyn Gourvennec :

VJ : « Je suis vraiment très content de venir à Bordeaux, comme cela aurait déjà pu se produire il y a un an et j’espère aider l’équipe à se qualifier pour la Coupe d’Europe. Je pense pouvoir vite progresser comme joueur et comme personne, tout en aidant bien l’équipe, avant tout. Je sais que l’équipe est bonne et que Bordeaux est un grand club, où on m’a confirmé que je pouvais venir tranquillement. Je n’ai pas hésité à venir. J’ai joué quelques matches durant cette saison, avec ma sélection Espoirs de Serbie, et je me suis entraîné avec le Zenit Saint-Pétersbourg, où j’ai aussi joué des matches amicaux, donc je suis prêt à jouer. Et si tout se passe bien je n’ai rien contre le fait de rester suite à mon prêt. »

JG : « Vuka est un défenseur central assez complet malgré sa jeunesse. Il va vite, il a un bon jeu de tête, il lit bien le jeu, il est sobre et efficace. La cellule de recrutement le suit depuis 2 ans, et moi je l’ai découvert plus récemment avec l’équipe Espoirs de la Serbie, où il a joué avec Milan (Gajic). Ce sera à lui de montrer des choses. Il reste encore jeune, mais on veut lui faire confiance et on attend qu’il nous montre qu’on peut. S’il nous montre qu’il répond aux attentes il sera toujours temps de se positionner pour travailler avec lui sur la durée, mais maintenant on part d’abord sur les 5 mois qui restent à jouer et c’est à lui de prouver qu’on peut essayer de faire plus avec lui. »



Alors si les choses se passent bien sportivement d'ici mai, et si Bordeaux veut se donner les moyens d'être un peu cohérent dans ses idées vis-à-vis d'un jeune en qui le club croit depuis longtemps, se positionner pour acheter Vukasin Jovanovic a tout l'air d'un bon plan. Entre les performances du joueur (le principal élément), mais aussi la gestion d'autres cas liés indirectement au sien (Yambéré, Guilbert, Pablo), sans oublier la participation ou non des Girondins à une coupe d'Europe pour la saison 2017/18, espérons que les choses se régularisent pour que tout le monde en sorte gagnant.