Le point de la victoire (2-2)

Le point de la victoire (2-2)

Publié le - Par - Après-match

Auteurs d'une très grosse performance à Paris, les Girondins de Bordeaux ramènent le point du nul après avoir rejoint les Parisiens au score à deux reprises (2-2) !

Quel match ! Ce vendredi soir au Parc des Princes, Bordeaux est allé chercher le point du match nul après une très grosse performance face à son adversaire.

Avec un milieu renforcé, Willy Sagnol n'avait pas pour autant aligné cinq joueurs à vocation défensive : Abdou Traoré et Henri Saivet faisaient office de premier rideau défensif (original pour deux milieux offensifs de formation) derrière une ligne Poko, Khazri, Maurice-Belay qui n'allait pas lésiner sur les efforts, défensifs comme offensifs, durant cette rencontre.

Bien en place au milieu avec un groupe très compact et solidaire, les Girondins de Bordeaux se sont d'ailleurs procurés la première occasion de la rencontre : après un beau une-deux avec Enzo Crivelli, Wahbi Khazri était ensuite tout près de reprendre le ballon au point de pénalty. Une très chaude alerte, déjà, pour les Parisiens (11è). A la lettre, Bordeaux appliquait donc ses ambitions d'avant match : jouer au Parc et ne pas avoir de regrets.

Et pourtant... sur un ballon anodin qui venait en direction de Cédric Carrasso, le portier bordelais manquait son contrôle au point de pénalty et se faisait fusiller d'une parfaite reprise de volée d'Edinson Cavani (26è). Rageant.

Fort heureusement, les Bordelais n'allaient pas gamberger bien longtemps : en réaction rapide sur un nouveau corner obtenu, Wahbi Khazri délivrait alors une passe décisive pour Henri Saivet, qui scorait de la tête, au premier poteau, face à un Kévin Trapp surpris mais aussi peu inspiré (31è).

Les hommes de Sagnol commençaient alors à lâcher prise au milieu où le Paris S-G accélérait la cadence. Trop pour Bordeaux qui concédait bêtement un coup-franc aux 18 mètres. Edinson Cavani, encore lui, ajustait une nouvelle fois Cédric Carrasso (34è), peu aidé par son mur, statique, sur le coup...

Libéré, Paris terminait très fort cette première période, avec des Girondins aux abois au milieu de terrain. Sur un face à face Di Maria - Carrasso après une perte de balle de Nicolas Pallois (41è), ce dernier se rattrapait et sauvait la balle du 3-1... Une intervention décisive sur une action qui pouvait faire office de balle de match.

En seconde période, Bordeaux démarrait par un changement : Abdou Traoré laissait sa place à Milan Gajic qui prenait donc sa place au milieu bordelais. Les coéquipiers de Nicolas Pallois reprenaient alors leurs armes dans l'entre-jeu et se lançaient à nouveau dans la bataille, où les forces parisiennes commençaient à accuser le coup : Maxwell (64è), Lucas (72è) et Matuidi (75è) laissaient tour à tour leurs places à Kurzawa, Lavezzi et Rabiot.

N'ayant pas abdiqué dans la rencontre malgré un PSG qui pouvait faire la différence à tout moment, Bordeaux a même vu Pablo être pas loin de fêter sa première d'un but à la suite d'une remise de la tête de Crivelli (69è).

Le dernier quart d'heure de jeu allait réserver son lot de péripéties : Henri Saivet, pour un second carton jaune reçu, était donc expulsé à la 77ème minute, en laissant ses coéquipiers à 10 et avec un but de retard pour la fin de la rencontre. Cette expulsion, qui était un nouveau coup reçu par les Bordelais après la bévue de Carrasso et le second but de Cavani, n'atteignaient pas les Girondins qui allaient chercher, au courage, l'égalisation dans cette rencontre : sur un pressing, Wahbi Khazri forçait Kévin Trapp à une nouvelle boulette et marquait dans le but vide (75è).

Un but au mental et au mérite qui récompensait ces valeureux Bordelais. La fin de match, à 10 donc pour les Girondins, fut logiquement stressante, mais réjouissante, voire jouissive au coup de sifflet final.