François Kamano, l'homme qui valait (jadis) 25M€

François Kamano, l'homme qui valait (jadis) 25M€

Publié le - Par - La Rédac.

Aligné contre Strasbourg le week-end dernier, François Kamano a réalisé une nouvelle prestation sans relief, comme bon nombre de ses coéquipiers d'ailleurs. Mais avec la différence assez notable qu'il ne s'agissait pas d'un cas isolé.

Lointain est aujourd'hui le temps où le joueur était annoncé du côté de Monaco et où le FCGB espérait alors le vendre pour une somme avoisinant les 25M€ voire 30M€. À cette époque, F.K sortait d'une énorme demi-saison 2018-2019 avec 8 buts inscrits en championnat. Une énorme plus-value était alors espérée pour un joueur acheté 2.5M€ en 2016 et présenté par le président de l'époque, Jean-Louis Triaud, comme une opportunité saisie.

En janvier 2019, l'AS Monaco s'était décidé à ne pas aligner une telle somme l'hiver dernier - loin de là même puisque les médias parlaient de 12-13M€ - et avait fini par recruter Henry Onyekuru, cet été, contre 13 à 15M€. Pour le Guinéen des Girondins, l'espoir de la rumeur d'un transfert au FC Séville avait lui été coupé par l'arrivée de l'ancien marseillais Lucas Ocampos en Andalousie. En août, Monaco et Séville se sont ensuite transformés en Torino et Sampdoria de Gênes, durant l'été 2019, avec des prix de transfert évoqués deux fois inférieurs - au moins - aux fameux 25M€ et des montages financiers qui auront fait capoter le tout, ainsi que des histoires d'agent(s) et quelques désaccord salariaux.

Le FCGB, qui espérait début août 15M€ pour l'ancien bastiais, a donc dû garder un ailier qui avait clamé son envie de partir à plusieurs reprises. Depuis, ce dernier s'était séparé de son ancien agent, Fabien Piveteau, pour s'entourer de Björn Bezemer (Arena11 Sports Group), qui a eu la réputation cet été de se montrer gourmand en terme de commissions.

Au-delà des marchés des transferts et des envies de chacun, il y a aussi, parfois, le terrain ; guère réjouissant pour l'élément de 23 - qui avait d'ailleurs lancé l'idée d'un break avec sa sélection nationale récemment, pour se concentrer sur sa carrière en club -, hormis bien sur ce but contre Nantes (J12). Ce jour-là, des émissaires de clubs anglais étaient d'ailleurs présents et avaient certainement remarqué la très bonne prestation du N°11 girondin. Sa seule en 2019-20. Loin des 13 buts et 4 passes décisives de la saison passée, cependant... Ou plutôt de sa demi-saison, vu que son second semestre, comme son année 2019 entière, est à oublier.

Blessé avant la trêve internationale de novembre, François Kamano a alors manqué trois matchs consécutifs (Monaco le 24/11, Reims le 30/11 et et Nîmes le 3/12), avant de retrouver une place de titulaire au poste de piston droit contre Strasbourg le week-end dernier (0-1, J18).

Certes aligné à un poste plus défensif que son rôle habituel d'ailier, et à un côté différent de ce qu'il connaissait aux Girondins, le natif de Conakry a manqué de peps contre les Alsaciens. Plusieurs fois, en un contre un, il a préféré la passe en retrait à la provocation balle au pied et au dribble. Sur les réseaux sociaux et en direct dans ses commentaires, l'excellent Éric Barrere (beIN Sports) résumait sa prestation en quelques mots : "Kamano, dans cet état d'esprit, il ne dribblerait pas un arbre".

À deux matchs de la trêve hivernale et à quelques semaines du mercato de janvier 2020, Kamano ferait encore partie des partants et même des joueurs soi-disant bankables. Les différentes parties vont devoir bien travailler pour trouver une porte de sortie intéressante à tous les niveaux. Mais le FC Girondins de Bordeaux n'est plus à un dossier complexe près en ce moment.