V. Feltesse : "Les résultats sont assez bons mais les relations mauvaises"

V. Feltesse : "Les résultats sont assez bons mais les relations mauvaises"

Le - Économie - Par

Vincent Feltesse, candidat* (sans étiquette, mais ancien socialiste) à la mairie de Bordeaux pour les élections municipales de 2020, a présenté ses idées à GOLD FM. Il s'exprime notamment sur le devenir des Girondins de Bordeaux, lui qui avait des gros doutes, en 2018, au moment du rachat par GACP et ses associés :

*Monsieur Feltesse a renoncé à présenter une liste quelques jours après cet entretien (mise à jour à 18h20).

"Quand M6 a revendu le club des Girondins, il y a un peu plus d’un an, je faisais partie des élus qui ont alerté en disant : ‘Attention, le montage qui nous est proposé est un montage très particulier’. Il y avait quelqu’un, tout sourire, qui était devant nous, Monsieur DaGrosa, avec son fonds d'investissement GACP ; mais la réalité c’est qu’ils avaient moins de 15% du capital du club. Derrière eux, il y avait un plus gros fonds d’investissement, qui s’appelle King Street, et qui a 86%. Les garanties que l’on a, ce sont celles de GACP et pas celles de King Street, qui sera probablement plus gourmand, malheureusement, et j’invite donc tout le monde à relire les deux courriers que j’ai faits à l’époque car ils sont totalement prémonitoires. Au bout d’un an, les résultats sportifs après le rachat sont plutôt assez bons, mais les relations entre les supporters, le club, et King Street sont assez mauvaises, alors qu’honnêtement, on a des supporters qui sont plutôt bienveillants, pas du tout violents, et attachés au club. En fait, c’est un peu du gâchis.

Et là, nous avons donc cet actionnaire hyper majoritaire, King Street, qui a fait sortir l’actionnaire minoritaire, GACP, ce qui va déjà poser des problèmes pour la gouvernance du club et va peut être aussi mettre la pression sur la ville et la Métropole, car - comme vous le savez - le grand stade a été fait via un partenariat public - privé, et que ce partenariat repose notamment sur le paiement d’un loyer par les Girondins ou leur actionnaire auprès du gestionnaire SBA ; 3.8 millions d’euros par an jusqu'en 2045 ; plus un coût d’utilisation de la pelouse. Mais on voit bien que si un actionnaire totalement financier arrive, il va vouloir renégocier les choses. Et si ça ne se passe pas bien, ce seront la Métropole et la vile qui seront en première ligne... Ce dossier, il est déjà présent dans la campagne municipale suite aux différents papiers de Sud Ouest et à la pression forte mise par les supporters."

Retranscription faite par nos soins

V. Feltesse : "Les résultats sont assez bons mais les relations mauvaises"

Contenu sponsorisé

En continu