Triaud analyse les départs (Poko, Sané, Yambéré, Crivelli) et les arrivées (Toulalan, Ménez) du mercato

Triaud analyse les départs (Poko, Sané, Yambéré, Crivelli) et les arrivées (Toulalan, Ménez) du mercato

Le - Interview - Par

Toujours durant son interview sur GOLD FM, Jean-Louis Triaud, président du FCGB, a pu détailler la plupart des mouvements effectués par les Girondins de Bordeaux durant le mercato estival.

« Je pense qu’André Poko aurait été gardé s’il n’avait pas eu ses problèmes sur les réseaux sociaux. Ce garçon a fait une faute, plutôt bête qu’autre chose, un manque de réflexion, donc on a pensé pour lui que c’était mieux de le transférer. Pas parce qu’on voulait répondre à la pression populaire, mais simplement parce que ç’aurait été impossible pour lui d’exercer son métier à Bordeaux dans de bonnes conditions. Pourquoi garder un garçon qui aurait été exposé dès le premier entrainement à la pression d’une partie de nos supporters ? On ne s’est pas dit ‘Les Ultras ne sont pas contents, il faut vite s’en débarrasser !’, non. On s’est plutôt demandé ‘qu’est-ce qu’on va faire de Poko si sur le terrain il se fait siffler ?’. C’est très difficile à vivre. On en a vu qui disent que ça leur est égal et qu’ils arriveraient à jouer en étant sifflé, mais pour ces gens de l’extérieur je leur dis de venir un jour au stade, de se mettre au milieu de la pelouse, à vingt et quelques années, et de voir e que c’est d’être hué par une tribune entière. On verra si ça les laisse insensible… C’est donc pour ces raisons-là qu’on s’est dit que ce n’était pas la peine de garder un garçon qui ne serait pas efficace pour nous ni utilisable, parce qu’il ne serait pas dans de bonnes conditions, et pour lequel il valait mieux un transfert, qui s’est fait en Turquie.

http://zoomgirondins.com/wp-content/uploads/2015/07/IMG_4689_GF.jpg
Le prêt de Cédric Yambéré était prévu. Il a voulu vivre une autre expérience, en Russie, et se faire une carrière sympa, un peu comme Lamine Sané, qui est parti lui en Allemagne. Ils sont tous les deux venus de Lormont, se sont affirmés chez nous, et ont eu envie de voir autre chose. Gourvennec n’a pas insisté pour les conserver et voilà… Pour Enzo Crivelli, c’est plus compliqué. Il a vraiment insisté pour être prêté à Bastia. Je ne sais pas ce qui lui a mis l’idée en tête qu’on ne lui ferait pas confiance puisque c’est lui qui a joué titulaire tous les matches de préparation, en marquant même deux buts. Il avait la confiance de l’entraineur, notre confiance, mais bon, il voulait partir. Les conditions étaient alors simples : tu veux être prêté pour progresser, pourquoi pas… Mais tu dois prolonger. Il a accepté le deal et il a été prêté en Corse. Ce n’était pas forcément un choix de l’entraineur, mais un garçon comme Enzo a du caractère. Il avait pris une décision, on a essayé de le faire changer d’avis, car Jocelyn, au départ, partait avec lui. Bon, c’est comme ça. Mais du coup Ménez est là.

http://zoomgirondins.com/wp-content/uploads/2016/07/IMG_4893_GF.jpg
Avec lui et Jérémy Toulalan, on gagne en expérience pour mieux gérer les matches fermés contre les petites équipes. On a vu l’an dernier que contre les gros du haut de tableau on pouvait rivaliser, car ils se livrent, jouent au football, laissent des espaces, alors que les difficultés arrivent quand l’adversaire joue pour ne pas perdre et vise le maintien en étant agressifs. On avait beaucoup de jeunes joueurs qui n’étaient peut-être pas préparés à ce genre de combats… Recruter des joueurs d’expérience c’est miser sur le fait qu’ils apportent leur sang-froid, leur calme et encadrent les plus jeunes durant les situations délicates.

(…) Diego Rolan, en jouant à côté de Jérémy Ménez, a montré ses qualités techniques. On l’a gardé et il n’était pas très content parce qu’on a eu des offres, mais qui ne nous convenaient pas. Donc on a préféré le conserver. Merci M6 ! »

Triaud analyse les départs (Poko, Sané, Yambéré, Crivelli) et les arrivées (Toulalan, Ménez) du mercato

Contenu sponsorisé

En continu