Toyes : "Un joueur n’est jamais à l’abri d’une blessure ou d’un aléa le laissant sur le carreau"

Toyes : "Un joueur n’est jamais à l’abri d’une blessure ou d’un aléa le laissant sur le carreau"

Le - Anciens - Par

Ancien défenseur des Girondins de Bordeaux au milieu des années 90, Geoffray Toyes (passé aussi par le FC Metz, Nancy et Mouscron, en Belgique) s'est ensuite lancé dans l'immobilier. A ce titre, il a participé à une action d’Europ Sports Reconversion (ESR) mise en place au centre de formation des Girondins afin de sensibiliser les jeunes professionnels (moins de 25 ans) à l'idée de reprendre ou de poursuivre les études et de préparer leur reconversion. Il témoigne ainsi, pour le site de l'UNFP (Union National des Footballeurs Professionnels).

« J’ai été ravi de revenir aux Girondins, club que j’ai quitté en 1997, et de revoir d’anciennes têtes que j’ai connues à l’époque. Cette intervention auprès des jeunes joueurs est très importante pour moi, car même s’ils sont aujourd’hui encore très concentrés sur le terrain, je ne saurais trop les encourager à passer des diplômes, à se former tout au long de cette carrière, à être curieux, à s’ouvrir à d’autres horizons et secteurs d’activité, à se créer, dès aujourd’hui, des contacts pour s’appuyer, demain, sur un réseau solide.

L’équipe d’ESR m’a accompagné quand j’étais encore joueur. ESR m’a aidé à passer mes diplômes sportifs. J’avais du temps disponible, et je l’ai utilisé pour me former. Et puis, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Un joueur n’est jamais à l’abri d’une blessure ou d’un aléa, qui pourrait le laisser sur le carreau. Avoir ses diplômes permet de gagner beaucoup de temps une fois la carrière terminée. J’ai, pour le moment, choisi une reconversion en dehors du monde du football, dans le domaine de l’immobilier, mais la double formation qui est la mienne est une réelle chance, dans la mesure où elle me permet, aujourd’hui encore, de pouvoir choisir, selon les opportunités qui pourraient se présenter à moi.

L’immobilier est un domaine qui m’a toujours intéressé. Mon père évoluait aussi dans ce secteur, il m’a donc transmis sa fibre d’une certaine manière. Quand j’étais joueur, j’ai réalisé des investissements dans la pierre. Je me suis entièrement occupé de la rénovation des biens que j’avais acquis et cela m’a beaucoup plu. Une fois ma carrière terminée, j’ai voulu poursuivre dans cette voie, le plus logiquement du monde, d’autant que je prenais du plaisir dans cette activité. »

Toyes : "Un joueur n’est jamais à l’abri d’une blessure ou d’un aléa le laissant sur le carreau"

Contenu sponsorisé

En continu