Sertic : "Je me vois bien rester"

Sertic : "Je me vois bien rester"

Le - Interview - Par

Alors que Le Parisien annonce que les prolongations de Grégory Sertic (23 ans), Henri Saivet (22 ans) et Julien Faubert (29 ans) seraient en bonnes voies et que les négociations pourraient bientôt aboutir à un accord, le N°26 des Girondins est l'objet de l'interview interactive du site officiel. Le "chalant" Grégory Sertic répond donc aux questions des internautes et fait régulièrement allusion à son avenir aux Girondins :


Quels sont tes objectifs personnels pour la saison prochaine ?   


« Devenir une pièce importante des Girondins en réalisant une très bonne saison. En plus, nous avons obtenu la qualification européenne en gagnant la Coupe de France. J’espère aussi augmenter mes statistiques. Je dois progresser sur ce point, marquer plus de buts. Etre plus décisif en général. Voilà mes objectifs. »   


Comment se fait-il que tu ne marques pas plus de buts alors que tu possèdes une bonne frappe. Cela aiderait l’équipe qui a des difficultés offensivement ?   


« Oui, c’est vrai. Je devrais plus souvent tenter ma chance de loin. Je pense avoir une bonne frappe. Ensuite, il y a une part de malchance. Parfois, c’est le poteau ou les gardiens qui font des parades pas possibles. Je travaille cela à l’entraînement. Un jour, ça va rentrer ! »   


Que te manque-t-il encore dans ton évolution afin que tu deviennes un des grands joueurs des Girondins ?   


« Devenir un des grands joueurs de l’équipe (sourire)… Déjà, je vais essayer de lui apporter un maximum. Je commence à acquérir un peu d’expérience. J’ai progressé au niveau de l’agressivité défensive et cela me manquait. En me redescendant d’un cran sur le terrain, le coach m’a permis de m’aguerrir. Aujourd’hui, je suis plus un milieu défensif qu’offensif. D’ailleurs, ce n’était pas mon poste de prédilection. Je dois être encore plus constant et marquer des buts. »   


Te projettes-tu à long terme à Bordeaux ?   


« Oui, bien sûr. Je suis bien ici. Le club me fait confiance, le coach également. Je me vois bien rester à Bordeaux. »   


En ce moment, tu es plus utilisé en 6 devant la défense alors que tu avais débuté plus haut sur le terrain en 2009, où te sens-tu le plus à l’aise ?   


« Je me sens plus à l’aise un peu plus haut. En étant plus offensif, je suis plus libre et j’aime cela. Cela dit, quand le coach me place devant la défense, avec Jaro (Jaroslav Plasil) et Ludo (Ludovic Obraniak) devant moi, cela ne me pose aucun problème. C’est pour cela que je dis avoir gagné en agressivité. Mon but est de récupérer des ballons afin de leur donner. Comme j’ai un rôle un peu plus éloigné, je vois un peu mieux le jeu. C’est pratique dans mon cas car je pense avoir une bonne vision du jeu. »   


Comment vois-tu les saisons à venir en attendant le Grand Stade ?   


« Elles vont être compliquées comme pour une majorité de clubs en France. Il y a la crise, les questions économiques. D’un autre côté, il y a des jeunes qui poussent. Une bonne génération arrive. Certes, il leur faudra un peu de temps, peut-être jusqu’à l’arrivée du Grand Stade. Le coach nous l’a dit. A nous de faire une bonne saison l’année prochaine. En tant que joueur, nous devons nous fixer les objectifs les plus élevés possibles. Nous verrons tout cela en début de saison prochaine. »   


Toi qui es d’origine croate, vas-tu souvent dans ce magnifique pays ?   


« Oui, dès que j’ai l’occasion. Je vais y aller dans le courant du moins de juin. Je suis parti en Croatie en fin de saison pendant 3 ou 4 jours lorsque le coach nous avait donné du repos. C’est un pays que j’apprends à connaître et que j’aime beaucoup. »   


Qu’est-ce que cela te fait d’être polyvalent ? De pouvoir jouer milieu défensif, milieu offensif ou encore défenseur central ?   


« C’est bien, cela rend service au coach (sourire). Quand il a eu besoin de moi pour jouer défenseur central à Châteauroux (32ème de finale de la Coupe de France), je lui ai dit oui directement. Pas de problème. Bien sûr, ce n’est pas mon poste. J’ai géré cela avec Flo (Marange). Tous les deux, nous nous connaissons très bien. Je connais également un peu ses déplacements sur le terrain. On s’en est bien sorti, je trouve. Petit, je changeais de poste à chaque match. J’ai gardé cette polyvalence. Je suis toujours très heureux de jouer que ce soit à droite, à gauche, en défense, en n°10… Tout me va ! »   


Penses-tu être sélectionné en équipe de Croatie ?   


« Je l’espère vraiment ! Être international est un de mes objectifs. Le sélectionneur croate parle de moi mais j’attends de recevoir une convocation pour me lancer. Ce serait une belle victoire personnelle. J’ai galéré pendant des années. A Lens, cela ne s’est pas toujours bien passé. J’ai réussi à retrouver une place aux Girondins. Avec une sélection en équipe de Croatie, ce serait vraiment une année top pour moi. Ce serait idéal pour la continuité de ma progression. Pour le Club, ce serait pas mal de compter un nouvel international. »   


Penses-tu pouvoir devenir l’un des meilleurs milieux défensifs de Ligue 1 ?   


« Un jour, peut-être. Si je continue à évoluer à ce poste, pourquoi pas ? Je ferai tout mon possible pour l’être mais j’ai encore beaucoup de choses à travailler. L’envie, c’est d’être meilleur que son adversaire direct. Mon but, c’est de l’être à chaque match. On peut en rêver mais aujourd’hui, il y a beaucoup de très bons joueurs. Blaise Matuidi et Etienne Capoue sont excellents. Maxime Gonalons est également très bon. C’est délicat pour moi car ce n’est pas mon poste de départ mais, avec l’expérience et du travail, pourquoi ne pas atteindre un jour cet objectif. » 

Girondins.com

Sertic : "Je me vois bien rester"

En continu