Marc Planus : "Je ne m'arrête pas au Haillan, je n'ai pas envie de rentrer dans une banque"

Marc Planus : "Je ne m'arrête pas au Haillan, je n'ai pas envie de rentrer dans une banque"

Le - Interview- Par Julien

Très marqué par ce que traverse le FCGB, Marc Planus revient sur la mise à l'écart de Laurent Koscienly et l'aspect glacial qui prédomine dans le château du Haillan :

"Aujourd'hui, on ne sait pas qui dirige au Haillan. J'avais même demandé à un membre du staff si Vladimir Petkovic avait la main sur ses compositions d'équipe. La personne m'a dit qu'elle ne pouvait pas me répondre car elle n'en avait aucune idée... Quand on voit le nombre de joueurs en prêts qui ne connaissent pas le Championnat et viennent de clubs en difficultés sportives, comment voulez vous faire une saison. Le pompon ça a été l'épisode avec Costil et Koscielny ! On va me faire croire qu'il y a un problème avec Koscielny ? Lui qui n'a jamais eu de problème sous Gourcuff, Deschamps et Wenger et à Bordeaux, il y aurait un problème avec lui ? On n'a même pas eu la dignité de le faire jouer un dernier match devant sa famille et ses proches. C'est ça Bordeaux ? Du temps de Triaud, jamais il n'y aurait eu ça. Un club fort, il faut un président fort et aujourd'hui à Bordeaux, on ne sait pas qui dirige."

"Je pense souvent devant le château du Haillan. Je ne m'y arrête pas car je n'ai pas envie de rentrer dans une banque. À l'entrée, il faut montrer patte blanche, être sur une liste... Tout ça je le fuis : cela ne me correspond pas et je n'ai pas connu ça. Il y a des joueurs qui ont été refoulé du centre d'entraînement. C'est inconcevable mais c'est ce que l'on est devenu. On ne fait plus rêver les gamins qui jouent en Aquitaine parce qu'on a bafoué tout cela. Je l'avais dit à monsieur Longuépée qui m'avait convié au Haillan. Je lui avais dit de mettre des personnes qui étaient concernées par le club. J'avais milité pour que Mathieu Chalmé continue en équipe réserve. Je ne dis pas que les anciens joueurs seront des futurs José Mourinho mais ils pourront transmettre quelque chose que les autres ne pourront pas transmettre : l'identité et l'histoire du club que j'ai notamment reçue sous Claude Bez."

Retranscription faite par nos soins via Top Marine & Blanc (ARL)

En continu