Florian Brunet : "Le virage n’est pas un regroupement d’enfants de cœur"

Florian Brunet : "Le virage n’est pas un regroupement d’enfants de cœur"

Le - Interview - Par

Florian Brunet (UB87) a évoqué la situation du groupe dans le contexte actuel et les combats que mène actuellement le Virage Sud pour garder sa liberté.

"C’est un grand sujet dont il a beaucoup été question à la mairie, une rencontre club-supporter afin de réaliser les détails d’un retour au stade. Le Virage est une micro-société avec une organisation bien en place, avec énormément de gens qui se connaissent, une hiérarchie, une histoire très très forte, avec des valeurs très très fortes."  

"Il y a beaucoup de choses qui doivent être faites pour éviter que cela dérape comme ça a pu être le cas par le passé. Il y a tous les arguments pour que cela dérape et cela a dérapé dans un passé assez proche [...] Le Virage n’est pas un regroupement de colonies d’enfants de cœur. Ce sont des gens qui ont du caractère [...] sinon vous êtes morts, vous ne représentez rien du tout. Et le Virage a ce fort caractère et cette forte identité. On s’est battu pour avoir des droits, ces droits qui sont aujourd’hui remis en cause. J’alerte au nom du groupe et on est tous inquiet, on est tous en colère." 

"On s’est senti humiliés quand notre camion a été interdit de stade. Pour que ça se passe bien, il faut que le camion rentre à nouveau, pour des raisons de sécurité tout d’abord car la police était très mécontente que le camion soit dehors. C’était un caprice de Longuépée qui trouvait ça comme un avantage que le camion rentre afin de descendre le matériel, la table de vente, la sono etc.. C’est dangereux de descendre cela dans la rue et ce n'est pas pratique non plus."   

Ensuite, il y a la remise en cause de notre liberté d’expression qui a causé la descente de la tribune lors de Nîmes. Notre liberté d’expression doit être totale. Thomas Jacquemier nous dit que nous allons sortir des grands messages contre la direction. Mais évidemment, nous on vous parle d’une contestation dans un cadre légal, et elle durera tant que Longuépée, tant que Poupard seront là, tant qu’il n’y aura pas de logo digne de ce nom, tant qu’il n’y aura pas d’ambition sportive."

"L’enjeu est de faire une contestation dans un contexte raisonnable et pour cela, il faut faire rentrer le camion, il faut que notre liberté d’expression soit totale, il faut que vous arrêtiez de dégouter les stadiers historiques. La sécurité du Virage ne se fait pas par l’opération du Saint-Esprit. On a notre organisation et on fait notre auto-contrôle de ce qu’il se passe au sein de notre tribune. Et autour, on a des stadiers qui encadrent cela avec nous et qui nous font confiance. Cette organisation a mis 20 ans à se mettre en place et il ne faut surtout pas la déstabiliser." 

"Le retour au stade sera très compliqué, les gens sont en manque, il va même y avoir des normes sanitaires. Il faut préserver ce moment historique en mettant toutes les chances de notre côté et pour cela il faut remettre David Lafarge dans le jeu. S’il y a un problème, seul David a la confiance du Virage et saura gérer cela. Sinon, on va tout droit à la catastrophe. On acceptera jamais de se faire marcher dessus dans notre Virage et on ne veut pas rentrer dans des extrêmes préjudiciables pour tous." 

Retranscriptions faites par nos soins

Girondinside TV

Florian Brunet : "Le virage n’est pas un regroupement d’enfants de cœur"

Contenu sponsorisé

En continu