Éric Besson : "Peu de grandes fortunes ou de grands groupes français sont intéressés par le foot"

Éric Besson : "Peu de grandes fortunes ou de grands groupes français sont intéressés par le foot"

Le - Économie - Par

L'ancien ministre Éric Besson, qui avait simplement "encouragé" GACP au départ de son entreprise de racheter les Girondins de Bordeaux, explique au journal 'Le Parisien' comment il analyse ce rachat ; dans des propos qui ont été recueillis et partagés avant que l'on apprenne le report de 15 jours de la fameuse vente entre M6 et le fonds d'investissement américain.

"Il y a déjà une opportunité, car certains clubs français ont une valorisation qui les rend attractifs. Pour 50 millions, on peut s’offrir un bon club de L1 alors que ce ne serait même pas le prix d’une L2 anglaise. Les prix sont en train de monter, mais restent intéressants. En plus, peu de grandes fortunes ou de grands groupes français sont intéressés par le foot. Et le monde entier sait que la France forme d’excellents joueurs grâce notamment à l’apport de jeunes issus du continent africain et du très bon réseau de formateurs bénévoles. Or, tout le business model repose sur la vente de jeunes joueurs à des grands clubs européens. En France, il y a ce terreau."

Éric Besson : "Peu de grandes fortunes ou de grands groupes français sont intéressés par le foot"

En continu