Dugarry : "Si je m’étais posé trop de questions, j’aurais gâché mon amitié avec Zizou et ma carrière"

Dugarry : "Si je m’étais posé trop de questions, j’aurais gâché mon amitié avec Zizou et ma carrière"

Le - Vidéo - Par

Sur le plateau du "Vestiaire" (SFR Sport), Christophe Dugarry s'est expliqué sur les rumeurs qui ont tourné, durant sa carrière, comme quoi son expérience internationale en équipe de France (8 buts en 55 sélections entre 1994 et 2002) était en grande partie due à son amitié avec Zinédine Zidane, ancien coéquipier offensif aux Girondins de Bordeaux et devenu, à cette époque, le meneur de jeu des Bleus puis l'un des plus grands joueurs du monde (accessoirement).

« Si Zizou me faisait la passe parce que j'étais son copain ? Ben J’espère (rires) ! Vaut mieux faire des passes à un pote qu’à un mec qu’on n’aime pas. Mais, non, je ne me suis jamais arrêté à ces histoires, je m’en fiche. Les gens qui ne connaissent pas le personnage, ils vont se dire je ne sais quoi… Je pense surtout que Zizou n’aurait jamais fait ça. Même s’il n’aimait pas un mec, il ne se serait jamais permis de dire au coach ou à un autre : ‘Lui, il faut le sortir’. Jamais. D’autres se le permettraient, certainement, mais lui jamais. Et à l’inverse, il n’aurait jamais agit comme ça en ma faveur, au détriment du mec à qui j’aurais pris la place.

Après, oui, il préférait jouer avec moi, m’avoir avec lui en chambre ou pour déconner au fond du bus, mais c’est normal. On s’est connus à l’âge de 15 ans et, tout de suite, on a été proches, donc voilà. Aussi, s’il me faisait des passes, c’est car on jouait côte à côte sur le terrain. Mais il n’y avait pas que nous deux. Avec Bixente Lizarazu, je crois qu’on formait un trio assez sympa, car on avait surtout des affinités au niveau footballistique, au-delà du reste. Puis on était moins proches de Liza. Lui, c’était la génération un petit peu au-dessus, et il était très branché surf. Des fois, il arrivait à l’entraînement avec du sable dans les chaussures. (rires) Mais par rapport à Zizou, je n’ai jamais trop cherché à combattre les rumeurs. J’ai vécu 10 ou 15 ans à me faire siffler, donc il ne faut pas chercher des explications à tout. Si les gens ont envie de te siffler, ça n'y changera rien. A un moment donné, tu peux pas lutter contre la rumeur, donc tu laisses tomber et tu vis ton truc. Si je m’étais posé trop de questions, j’aurais gâché mon amitié avec Zizou et ma carrière. Ce que les gens disent, on s’en fiche, on n’en a rien à faire… »

Dugarry : "Si je m’étais posé trop de questions, j’aurais gâché mon amitié avec Zizou et ma carrière"

Contenu sponsorisé

En continu