Brunet : "Même en LdC nous n’avions pas une masse salariale si importante"

Brunet : "Même en LdC nous n’avions pas une masse salariale si importante"

Le - Ultramarines - Par

Révoltés, depuis longtemps, contre le FC Girondins de Bordeaux actuel, et attendant une révolte d'ensemble pour que King Street revende le club à prix raisonnable à un repreneur plus intéressé qu'eux par les Girondins, le groupe et le porte-parole des Ultramarines Bordeaux 87, Florian Brunet, en remet une couche.

"Suite à l’émission 'Girondins Analyse', beaucoup de personnes nous confirment le pire des scénarios que nous pressentons. L’objectif n’est pas de construire une équipe mais de s’enrichir personnellement. Les salaires et les peu d’achats sont faramineux et handicapent l’avenir...

(...) Même en Ligue des Champions, nous n’avions pas une masse salariale aussi importante... C’est extrêmement inquiétant. D’autant plus que dans les bureaux, là où une personne travaillait, il y en a aujourd’hui plusieurs à des salariés là aussi énormes."

Brunet : "Même en LdC nous n’avions pas une masse salariale si importante"

Contenu sponsorisé

En continu