Benoît Costil : "Il ne faut pas pointer du doigt les joueurs offensifs"

Benoît Costil : "Il ne faut pas pointer du doigt les joueurs offensifs"

Le - Interview - Par

Tandis que, cette saison, Bordeaux termine plus d'un tiers de ses matches (14 sur 39) sans avoir marqué, le gardien de but et capitaine des Girondins, Benoît Costil, a dû donner son avis sur les soucis offensifs récurrents des Marine et Blanc.

Propos issus de sa conf' de presse d'avant Paris - Bordeaux (1-0, 24ème journée de Ligue 1) :

"Il faut aussi voir les caractéristiques de l'équipe et les caractères de chacun, ainsi que le jeu de nos adversaires, et comment on joue par rapport à ça, dans les replacements, les espaces qu'on laisse ou non, les mouvements collectifs qu'on fait, les déplacements. C'est un peu un rapport de force avec l'adversaire. Mais je dirais que cette envie d'attaquer, on l'a, vraiment, sauf qu'aujourd'hui on a tout simplement du mal à attaquer, à aller se créer des occasions, à marquer des buts. Mais il ne faut pas pointer du doigt les joueurs offensifs, car c'est tout le monde. Il faut aussi voir comment, ceux qui sont derrière, vont les mettre dans de meilleures dispositions. Et que ce soit Andreas (Cornelius) ou Jimmy (Briand), on ne les met pas forcément dans de bonnes conditions, avec pas mal de ballons au-dessus de leur tête. Donc c'est un peu difficile.

Mais on va essayer d'y remédier avec les joueurs du moment et de proposer des choses plus cohérentes. Après, on aimerait beaucoup avoir le ballon, bien jouer, prendre exemple sur Manchester City et le Barça, ou bien Paris, mais on n'est pas tous capables de faire ça non plus, alors on joue avec nos qualités. Et les nôtres sont peut-être différentes, alors on fait ce qu'on peut, et parfois, par rapport aux joueurs qu'on peut avoir, on arrive à être performant en étant plus bas et en contrant. Après, ce n'est que mon avis, je ne suis pas entraîneur ; et je pense que je ne le serai pas (sourire) ; donc eux vous répondront peut-être plus."

Benoît Costil : "Il ne faut pas pointer du doigt les joueurs offensifs"

Contenu sponsorisé

En continu