"Le 9 mai était une des plus belles journées de nos vies"

"Le 9 mai était une des plus belles journées de nos vies"

Le - Interview - Par

"Il ne faut pas oublier Adieu Lescure, mais il faut le mettre dans un coin de notre tête et penser à l'avenir". S'il confie craindre, et donc vouloir éviter, une nostalgie passéiste autour du Parc Lescure, notre invité de vendredi dernier dans GA, Florian, des Ultramarines, accepte volontiers de nous réévoquer ce souvenir encore tout frais et de revenir sur l'énorme fête populaire et fédératrice qui a eu lieu il y a bientôt un mois (déjà), grâce à tout un peuple bordelais uni pour rendre hommage à son stade historique, avant de le quitter...

« Depuis quelques mois ça a été très, très intense, avec une dernière ligne droite de la saison particulièrement chargée pour nous. (…) Le 9 mai était une des plus belles journées de nos vies de personnes, de supporters, d’Ultramarines. Autant, lors des titres et des grandes victoires, il y a des joies sportives, mais là c’était hors de tout les cadres, rien à voir avec 2009 sur le podium des Quinconces pour la présentation du trophée de champion de France par exemple. On ressentait un bonheur, mais teinté de tristesse. C’était très particulier, vraiment, et très beau malgré tout avec une vraie rencontre entre tout le peuple bordelais. Un moment réellement exceptionnel !

Niveau organisation, on savait qu’il y avait une énorme attente sur nous, qu’on n’avait pas le droit de se louper car la confiance était placée en nous, donc on a bien flippé, à faire des réunions pour tout, même jusqu’à la veille. Au final, toute la journée s’est passée merveilleusement bien, au-delà de nos espérances. Les gens ont été hyper réceptifs, il y a eu une vraie communion. Tout le monde a assuré ! Et ça s’est terminé par le plus grand incendie de l’histoire de notre cher Parc Lescure, avec des centaines de fumigènes, en conclusion d’une ambiance extraordinaire.

http://img15.hostingpics.net/pics/721765Photo09052015141201.jpg


L’apothéose, c’était le concert dans le virage après le match. A un moment, j’ai pris du recul et je me suis posé sur les marches de Lescure, et j’ai vu qu’on était en train de donner du bonheur aux gens, un bonheur vrai. Et excusez-moi, mais dans la société actuelle du tout commercial, ça n’arrive pas tous les jours de vivre des moments si spontanés, si purs, si vrais. Donc avoir donné ce bonheur et l’avoir pris nous aussi avec les centaines, les milliers de personnes qui sont restées jusqu’au bout, c’était grandiose. On a fini par se faire virer du stade tard dans la nuit par la police… Lescure méritait bien ça. Les gens présents ont dû apprécier tous ces moments à leur juste valeur je pense. Rien que d’en parler, j’ai encore des frissons.

(...) Avec « Adieu Lescure », notamment, on voit que le groupe est peut-être en train de devenir un grand groupe. Mais être grand, c’est être très humble et ne jamais croire que c’est acquis. « Adieu Lescure » ça a été formidable et les gens n’oublieront jamais le bonheur ressenti par tous ce jour là. Mais pour l’opinion publique, même si elle ne va pas l’oublier, ce sera peu à peu moins présent. Il ne faut pas croire que ce qu’on a fait pour « Adieu Lescure » et que cette aura qu’on ressent depuis quelques temps va pouvoir se pérenniser sans l’aide de tout le monde, sans une remise en cause perpétuelle. Si on se croit arrivé aujourd’hui, on va droit dans le mur. On a vraiment besoin de tout le monde.

Actualités : Encore des images d'Adieu Lescure ! - Girondins33

(...) C’est vrai que depuis plusieurs mois on sent les gens être davantage derrière nous, c’est très fort, c’est très bien, mais il faut que ça dure. On s’est aperçu que les mouvements populaires, quand ils sont unis et soudés malgré tout, ils arrivent à avoir des résultats. Pour « Adieu Lescure », si tout le monde ne s’y met pas ensemble, ne nous leurrons pas, on n’y arrive pas et le match il reste programmé le dimanche à 14 heures ! C’est grâce à vous tous, même si les gens n’arrêtent pas de nous remercier. Mais moi, quand quelqu’un me remercie par rapport à ça, je lui dis que c’est autant grâce à lui qu’à moi, car c’est grâce à nous tous. Tout seuls, les Ultramarines ne seraient arrivés à rien ! Il y a eu un tel engouement, venant même des joueurs et des personnalités connues, ça a été extraordinaire et c’est ça qui nous a permis de bouger les lignes. C’est un peu comme quand on avait eu des soucis pour les tifos avec le préfet délégué il y a quelques années, l’engouement populaire fait bouger les choses. Aujourd’hui, si on veut maintenir une tribune populaire, on aura besoin de tout le monde. Car ce n’est vraiment pas gagné d’avance, croyez-nous… »

"Le 9 mai était une des plus belles journées de nos vies"

Contenu sponsorisé

En continu