Le renouveau de Bordeaux

Article et actualité des Girondins de Bordeaux

Par Aymeric

Publié le 23/04/2017 à 17h52

A 4 journées de la fin de la saison, en attendant que tous les matches de la 34ème journée de Ligue 1 soient joués, Bordeaux (55 points) est 4ème et vise, plus que jamais, l'Europe.

"L'embellie girondine", tel était le titre de notre article daté du 9 février dernier. Un papier, teinté d'optimisme, dont les analyses se sont réalisées au-delà de ce qui était escompté. Car l'embellie qui se dessinait il y a 2 mois et demi devient peu à peu renouveau en même temps que Bordeaux, enfin régulier, gagne et produit (enfin !) du jeu, marquant beaucoup de buts, en concédant peu, prenant des points sans faiblir et ne perdant que contre les 3 premiers du championnat.


Ainsi, en 2017, c'est simple : le FCGB a pris 30 points en 15 journées de Ligue 1 (9 victoires, 3 nuls et 3 défaites) ! 2 points par match, tout pile. Le fameux cap de performance dont on dit qu'il est la clé, si tenu sur la durée, pour viser le haut du panier. Aussi, ces résultats actuels s'accompagnent d'une production offensive riche (29 buts marqués, soit quasiment 2 par match en moyenne, pour un seul match sans marquer, contre le PSG) et d'une solidité défensive réelle (13 buts pris, et 7 matches sans but encaissé).


Mais ces chiffres ne tombent pas du ciel et sont le fruit d'un long travail de fond mené par Jocelyn Gourvennec et par son staff, qui, à force de persévérance et (parfois) de tâtonnements lors de la première partie de saison, ont trouvé une vraie équipe type appliquant bien leurs principes de jeu, dans laquelle aucune individualité ne fait vraiment tâche, et où, offensivement, tout le monde peut participer. Entre la fameuse "KLM" (François Kamano, Gaëtan Laborde, Malcom), mais aussi Diego Rolan, Valentin Vada, Younousse Sankharé et même Jaroslav Plasil, Adam Ounas et Jérémy Ménez ; plus ou moins "mis à l'écart" depuis quelques semaines ; le potentiel offensif (au sens large) de nos Marine et Blanc est aussi imprévisible que varié. A eux tous, ces 9 joueurs pèsent, toutes compétitions confondues, 57 buts et 28 passes décisives cette saison. Signe d'une bonne santé d'ensemble et, plus important, du côté non-dépendant de l'équipe à un ou deux joueur(s), même si certains se sont rendus difficilement contournables, notamment les trois du milieu : Jérémy Toulalan, qui a su retrouver son meilleur niveau, Valentin Vada, qui a passé un palier majeur dans son jeu, et Younousse Sankharé, parfait complément des deux autres, faisant les liens attaque-défense et physique-technique de façon plus que remarquable.


http://www.zupimages.net/up/17/16/yb8o.jpg

@JLTricotFCGB


Alors qu'il ne reste plus que 4 matches à jouer avant la fin du championnat et de la saison 2017/18 (déplacements à Dijon, à Saint-Étienne et à Lorient, réception de... Marseille), soit quelques 12 points à prendre, les choses ne sont pas encore acquises cependant. Comptant 3 petits points d'avance sur Marseille, actuellement 6ème, et 1 sur Lyon (5ème), qui a deux matches en moins, Bordeaux n'a pas un calendrier aisé et risque encore de terminer hors du top 5*, l'objectif de début de saison.


On compte donc sur les certitudes forgées récemment ; lesquelles, à défaut d'être encore absolues et se montrant parfois friables, permettent aujourd'hui de croire à la 5ème voire à la 4ème place si Lyon rate sa fin de saison. Car l'exigence semble s'imposer, au fil de la saison, comme le leitmotiv number 1 de Gourvennec, pour lui-même comme pour tous ses joueurs. Et vu que cette exigence s’accompagne d'une pédagogie et d'un management plus ou moins sans faille, le Breton "tient" vraiment son groupe et le fait progresser à grands pas ces derniers mois. Et sans doute que lui aussi, pour sa première saison sur le banc des Girondins, progresse beaucoup comme technicien, après un brillant passage de 6 ans à Guingamp. Le tableau, plutôt idyllique, pourrait d'ailleurs vite aboutir, si la tendance se confirme, à une prolongation de contrat de Gourvennec, lié actuellement jusqu'en 2018 avec le club aquitain, mais qui a tout pour s'y inscrire dans la durée. Avec peut-être l'Europe à jouer dès l'an prochain ! Pour continuer d'écrire l'histoire d'un renouveau des Girondins de Bordeaux.


*Si Paris ou Monaco gagne la Coupe de France (les deux équipes s'affrontent en demi-finale, tout comme Guingamp et Angers dans l’autre partie du tableau), la 6ème place de Ligue 1 deviendra aussi qualificative pour l'Europa League.


http://www.zupimages.net/up/17/16/at8w.jpg

@JLTricotFCGB


Vos commentaires

comments powered by Disqus